Santé: Faire évoluer la pharmacovigilance en Afrique

A l’initiative de l’OMS, les acteurs en charge de la surveillance de la pharmacovigilance (PV) de 17 pays planifient, depuis mardi, à Lomé, un model stratégique de la pharmacovigilance de plus en plus inclusive. Il s’agit pour ces acteurs de doter l’Afrique de systèmes de maturité de pharmacovigilance en faveur de ses systèmes de santé.

Les problèmes de santé publique de ces dernières années ont conduit à des développements en urgence de produits de santé comme les vaccins contre la Covid-19 et le nVPO2 ainsi que leur utilisation à grande échelle, après délivrance d’autorisation d’utilisation d’urgence. Ces situations soulèvent avec acuité la nécessité de systèmes de pharmacovigilance performants et représentent des opportunités d’améliorer la résilience des systèmes des pays. Avec l’appui de l’OMS, 18 pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Est mutuellement ont effectué la revue de leurs systèmes de pharmacovigilance. Les bonnes pratiques ont été documentées et des recommandations ont été formulées au sujet des points améliorés. Lomé abrite depuis mardi, les travaux de restitution générale de ces revues.

Articulée autour du thème : « Rendre résilients nos systèmes de pharmacovigilance », ces travaux représentent une grande opportunité de faire évoluer la pharmacovigilance en Afrique, en tenant compte des différents outils normatifs existants.

Ce cadre de travail a été ouvert par Mme Akla Agba Assih , ministre délégué auprès du ministre de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins, chargé de l’accès universel aux soins du Togo.

Pour elle, les grands enjeux de la pharmacovigilance sont d’abord transfrontaliers.

« Il me semble fondamental de décloisonner la pharmacovigilance au-delà des frontières de nos pays grâce à une collaboration plus intensive, un partage d’expérience renforcée, un partage de données plus optimisées grâce au numérique et une mutualisation des bonnes pratiques. A travers cette rencontre, vous constituez déjà un réseau des experts nationaux PV, écosystème dynamique et créatif qui va davantage renforcer ses liens avec les autres acteurs de la communauté de nos systèmes de santé », a-t-elle rappelé avant de souhaiter que l’humain soit au coeur de tout dispositif.

Cette avancée sur la planification stratégique de la pharmacovigilance été possible grâce à l’appui de l’OMS. Les veilleurs de la santé qui séjournent à Lomé viennent du Bénin, Burkina Faso,Burundi, Cameroun, Congo Brazzaville, République Démocratique du Congo, Cote d’Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Madagascar. Mauritanie, Mali, Niger, Sénégal, Tchad, RCA et le Togo pays hôte.

La rencontre de Lomé est un élément fort de capacité d’adaptation du continent aux prochains défis sanitaires. FIN

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *