Bénin : « Il y a pas de détenus politiques au Bénin » dixit Patrice Talon

Des propos du Président Patrice Talon fâchent au Bénin. Lehady Soglo, ex maire de Cotonou et actuellement en exil n’a pas attendu pour prendre le contre pied du locataire de la Marina. Invité chez nos confrères de France24, il a laissé entendre que les Béninois vivent dans un système qu’on peut qualifier d’autocratique.

Ce dossier sensible refait une nouvelle fois surface depuis hier au Bénin suite à la visite du Président français Emmanuel Macron, lui annoncé en faveur d’une opposition étouffée par l’homme fort du moment. Patrice Talon est resté droit dans ses bottes face à la possibilité de libérer les opposants Reckya Madougou, Joël et consorts. « Il y a pas de prisonniers politiques au Bénin« , a fait savoir le Président Béninois mercredi à la conférence de presse sanctionnant les échanges entre son hôte et lui.

Ces propos de Patrice Talon imperturbable ont choqué certains Béninois. L’ex maire de Cotonou en exil, Lehady Soglo a réagi suite à cette déclaration. Pour lui, Patrice Talon est dans le déni.

Lehady Soglo a fait savoir qu’il y a bien et bel des prisonniers politiques au Bénin. Il a ensuite rappelé des exemples comme le cas Reckya Madougou, Joël Aïvo et Laurent Métongnon comme des cas les plus emblématiques. Sans oublier les exilés politiques dont il fait partie.

En effet, le président Français semble signer forfait sur ce sujet après avoir décelé l’intransigeance de son homologue Béninois. Une situation regretté par l’ancien maire de Cotonou Lehady Soglo. Ce dernier a dénoncé l’égo de celui qui, aux yeux des opposants béninois bafoue la démocratie et les libertés fondamentales au Bénin. Pour cet opposant, le Bénin vit depuis 2016 un recul démocratique.

« Les juristes béninois, les experts régionaux , internationaux s’accordent pour reconnaître que depuis 2016 nous sommes dans un système qu’on peut qualifier d’autocratique« .

Et d’ajouter que:
« Qu’il n’y pas pire sourd que celui qui ne veut pas point entendre« , a-t-il lancé.

Pour ce opposant , il est indispensable que le Bénin sorte de cette situation. Il propose que les plaidoyers se poursuivent afin de toucher du doigt au Président Patrice Talon l’intérêt de décrisper l’environnement politique béninois en permettant aux politiques détenus de retourner auprès de leurs familles.

Le fils de l’ancien président béninois Nicephore Soglo a rappelé que les béninois ont besoin d’un pays apaisé parce que, a-t-il confié, c’est lorsqu’il y a effectivement des fissures que le lézard peut se faufiler.

« Le lézard aujourd’hui, est à nos portes. La réalité djihadistes est quotidienne« , a-t-il conclu.

La rédaction

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *