Pays Guin/La hache de guerre serait-elle finalement enterrée?

Enlisé dans de petites querelles éhontées qui ont contribué a dévalorisé la cérémonie de la prise de la pierre sacrée, fête traditionnelle des Lacs, vielle de plus de 350 ans, le peuple Guin a hissé samedi dernier, le drapeau blanc, par l’entremise d’un appel à la réconciliation à Porto Seguro aujourd’hui Agbodrafo. Ces fils et filles natifs des lacs semblent vouloir dorénavant parler d’une seule voix.

Comme un belligérant, le peuple du pays Guin a hissé le drapeau blanc samedi après des pages noires dues à des querelles inutiles et ridicules entre frères et sœurs d’une même localité. Tous vêtus de blanc, ils étaient à la première édition des retrouvailles Gê et diaspora, une initiative dédiée à faire privilégier la cohésion sociale au sein du peuple Guin. Autrefois perturbée et finalement avortée, signe de malaise au sein de ce peuple, la première édition des retrouvailles Gê et diaspora a finalement pu avoir lieu ce samedi 23 juillet. Cette fois-ci, le peuple Guin dit vouloir regarder les choses en face et prôner la réconciliation des mémoires.

L’objectif de ces retrouvailles est simple, enterrer la hache de guerre. Les retrouvailles Gê et diaspora prônent la « réconciliation », entre fils et filles Guin et à faire taire la haine et la division.

« Il est impératif que nous ayons une synergie des forces afin de réaliser les changements dans tous les domaines où besoin se fait sentir« , a confié Lucas Folivi Kuevi-Mensah, président du comité d’organisation.

La hache de guerre serait-elle finalement enterrée ? En tout cas, cette assise aurait fait du bien aux familles, chefs traditionnels, sages, prêtres et prêtresses Hounon venus discuter pour sauver les meubles.

Le constat est là et palpable, le peuple Guin a choisi d’être le chantre d’un appel à l’union, la solidarité et la réconciliation.

En réalité, ce peuple veut renouer avec ces périodes de joie, de retrouvaille de tous les fils et files des lacs, où tous pouvaient sacrifier à la tradition de la prise de la pierre sacrée qu’ils ont hérités de leurs ancêtres et partager des moments profonds de fraternité.

Les intervenants au cours du débat ont appelé leurs frères et sœurs à regarder de manière très dépassionnée ces périodes difficiles qu’ils ont tous traversé et à converger leurs forces afin de trouver des créneaux qui faciliteront désormais le vivre-ensemble entre les enfants de cette localité.

A l’approche de cette édition de la prise de la pierre pour ouvrir la nouvelle année, les jours à venir nous édifieront quant aux fruits de ce premier essai des retrouvailles Gê et diaspora qui a réuni les parties en conflit pour échanger et faire profil bas où si cette rencontre aurait été tout simplement du folklore.

Wait ans see ! FIN

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *