Togo/ réajustement des prix des produits pétroliers: Le gouvernement explique

Les Togolais se sont réveillés ce mardi 19 juillet avec un nouveau réajustement des prix des produits pétroliers. Une flambée due au niveau du baril a l’international.

En effet, le prix du baril à l’international dicte celui dans chaque pays. Le Togo connaît sa troisième augmentation consécutive.

Le gouvernement de son côté, fait des efforts pour atténuer cette flambée des prix du carburant. Un coup de pouce, expression de la subvention qui coûte chère à l’Etat togolais depuis le début de la crise à l’international.

Face à cette situation, le gouvernement de Victoire Tomegah Dogbè donne quelques indicateurs par rapport à la situation actuelle liée au carburant:

En effet, l’augmentation des prix des produits pétroliers correspond à un ajustement technique suite au constat d’une envolée des prix du baril de pétrole. Une situation qui sape les efforts du gouvernement.

Aussi, il est facile de constater que la subvention qui a servi à limiter le poids de la hausse est plutôt devenu un piège dans la mesure où elle est de plus en plus importante et qu’elle sert à subventionner des pays voisins.

En effet, des personnes viennent s’approvisionner au Togo et vont revendre ailleurs. Une situation qui n’arrange pas vraiment le pays.

L’autre volet à considérer est que le gouvernement maintient néanmoins l’effort mais il est aussi important de mettre en œuvre la vérité des prix pour ne pas mettre tout l’argent du pays dans ces subventions.

Des efforts sont faits pour soulager les populations. Depuis le début 2022, c’est plus de 25 milliards de subventions pour ces produits pétroliers. Ainsi pour chaque litre de super, l’État supporte 178 fcfa, pour le pétrole, 160 fcfa et pour gas œil 233 fcfa. C’est autant d’efforts du gouvernement pour alléger la peine de ses compatriotes.

L’autre chose à savoir est la situation mondiale qui reste très tendue et chaque pays fait des efforts pour protéger la population. Force est de constater que le gouvernement togolais fait beaucoup, explique-t-il.

L’autre explication évoquée, c’est le montant initialement prévu pour les subventions qui est largement dépassé.
Aujourd’hui si on continue avec ce niveau, le gouvernement estime qu’il serait impossible de satisfaire à d’autres besoins.

Selon lui, Il faut aussi faire des choix. Car pendant ce temps, la subvention sur les engrais pour les paysans est aussi nécessaire et d’autres efforts encore. FIN

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *