Togo/ « Le Togo, loin d’être l’or de l’humanité est un fer rouillé », Zato Kadambaya

Le Parti du Peuple et d’Integrité (PPI) s’est une nouvelle fois prononcé devant la presse ce mardi 19 juillet. Il a été cette fois-ci question pour ce parti qui a déclaré que la pauvreté est une maladie et qui reste convaincu que l’ennemi du Togo n’est pas un autre Togolais, de présenter aux professionnels des médias sa programmation tangible qui représente pour lui le vrai changement, la vraie alternance. Le PPI compte redéfinir le cahier de charge de l’OTR.

Le représentant du Parti du Peuple et d’Intégrité (PPI) aux Etats-Unis, Zato Kadanbaya était face aux professionnels des médias mardi. L’objectif de cette sortie médiatique a été de présenter la conviction du parti pour une vraie alternance au Togo, celle du changement radical des conditions de vie des Togolais.

Pour le PPI, la paix tant promi aux Togolais par le pouvoir de Lomé n’y ait plus car pour lui, depuis un certain temps les Togolais vivent dans une insécurité générale, plus particulièrement dans la région des savanes marquée par des attaques terroristes et les contre-attaques.

Le parti demande au Gouvernement d’éclairer les Togolais sur les sources et les raisons du terrorisme actuel que connaît notre pays afin que des solutions appropriées soient trouvées. Le pays est loin d’être l’or de l’humanité, a déploré Zato Kadanbaya.

« Le Togo , loin d’être l’or de l’humanité est aujourd’hui semblable à un fer rouillé. Mais nous avons, heureusement, la possibilité de le nettoyer afin qu’il brille« , a t-il laissé entendre.

Le parti a donc énumeré ses convictions visant à conduire le peuple Togolais sur la voie de la prospérité et de l’équité sociale.

Le PPI propose une allocation de chômage.

« Le PPI propose qu’une allocation de chômage soit accordée pour une durée de 24 mois à toute personne ayant perdu son emploi et aux étudiants ayant obtenu un diplôme valide et qui ont cumulé six (06) mois sans emploi. (Avec rappel). Ceci n’est pas une charité mais une responsabilité sociale que la vie chère actuelle nous impose. Le PPI propose la création l’Office de Transition de l’Emploi (OTEM), qui sera chargé de gérer les allocations de chômage« , lit-on dans sa déclaration.

« Le parti compte créer 1 121 000 emplois directs des la première année de sa gouvernance. Et pour arriver à cela, le PPI compte redéfinir le cahier de charge de l’office Togolais des Recettes (OTR) . Avec le PPI, l’OTR doit répondre à la question : comment promouvoir la création de l’emploi. Il fera parti d’une politique Général de développement et non seulement une institution’ chargée de remplir les caisses de l’état. Avec le PPI aux commandes les activités génératrices de revenus (Boutique, petit commerce artisanat…) ou relevant de l’auto- emploi qui versent leur contribution pour leur pension à la caisse nationale de sécurité sociale seront exemptées de taxes de l’OTR pour une durée de 5 ans. Les Petites et Moyennes entreprise qui inscrivent leurs employés à la caisse nationale de sécurité sociale seront exemptés de taxes de l’OTR pour une période de 10 ans« , peut-on lire dans la déclaration.  

 

Pour cette formation politique, c’est une autre manière d’assurer la retraite à tout le monde.

En ce qui concerne la Zone Franche Industrielle, les bénéfices de la Société d’administration de la Zone Franche (SAZOF) selon le PPI, doivent être étendus aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) togolaises parce que ce qui est bon pour les Multinationales, l’est également pour le simple citoyen Togolais. De plus, poursuit,-il, les PME qui investissent à l’achat de nouveaux équipements pour agrandir leur entreprise doivent bénéficier d’une réduction des taxes de l’OTR relatives aux coûts de ces équipements.

Le parti souhaiterait une éducation qui répond au besoin du 21ème siècles.

« L’éducation aujourd’hui n’est pas équitable pour nos enfants en matière de technologie où on observe une carence dans les milieux ruraux. En Juillet 2017, le PPI avait proposé l’enseignement obligatoire de l’anglais au cours primaire et ceci pour au moin 2 heures par semaine. Avec l’adhésion du Togo au Commonwealth, ceci devient impératif et immédiat. Malgré que le Gouvernement ait montré sa volonté d’introduire l’anglais au cours primaire depuis le 17 janvier 2020, cette décision tarde encore à être concrétisée. Le PPI attend impatiemment la mise en application effective de cette décision et est prêt à apporter sa contribution. Le PPI propose l’enseignement systématique de l’informatique comme matière fondamentale dans les collèges et lycées Ainsi, une nouvelle série dénommée IN (Informatique et Numérique) sera introduite dans tous mes lycées du Togo. Avec le PPI, les examens du BEPC et du CEPD seront supprimées parce qu’il est temps de s’adapter à une éducation de priorités plus réelles. Les Togolais qui ont encore en même le CEP et Concours comprendront mieux le PPI. A la place des examens, on aura plutôt des projets de recherches. Le BAC ne sera plus le seul. Chemin qui donne accès aux études universitaires. Il nous faut d’autres alternatives. Le PPI propose de nouveaux programmes comme : programmation, vidéo, Game, coding, Robotique Business, entreprenariat… dans les collèges et lycées. Avec l’adhésion du Togo au Commonwealth, le Gouvernement du PPI va introduire le Certificat d’aptitude en Anglais TOEFL, dans les lycées ce qui va permettre à nos élèves d’avoir accès aux études anglophones sans difficultés. Le Certificat d’aptitude en Informatique sera également introduit dans nos collèges et lycées« , a-t-il fait savoir.

Une justice coutumière adaptée à la constitution du Togo préoccupe le parti.      

« Les Chefs cantons dans leur exercice de rendre la justice doivent être accompagnés de juristes déployés par l’État afin qu’n’y ait pas deux pois deux mesures dans le respect des droits constitutionnels des Togolais« , a-t-il indiqué.

Le PPI propose également une plateforme consensuelle pour une identité nationale.

« Le PPI appelle tous les mouvements politiques à s’unir afin de présenter aux Togolais une plate-forme consensuelle relevant tous les défis, et prenant en compte toutes les aspirations profondes des togolais.  Pour le PPI, un réel développement du pays relève de plusieurs générations et de plusieurs gouvernements issus de différentes tendances politiques. Ce minimum consensuel sera un contrat de base entre les togolais et toutes les forces politiques cherchant le pouvoir« , a expliqué Zato Kadanboya.

L’autre projet phare du PPI est de mettre aux lois et pratiques contre les pauvres.

« En cette période de pandémie et de la vie chère, tous les Togolais sont unis pour la survie collective et il est donc important que nous luttions ensemble pour en finir avec toute barrière empêchant le progrès de chaque citoyen. Pour cela, le PPI demande de mettre fin a la discrimination d’âge pour les recrutements dans la fonction publique et dans le département d’études supérieures. Ceci n’est pas une charité mais un acte d’équité sociale. Le Président de la République Faure GNASSINGBÉ, sait combien est injuste cette mesure discriminatoire liée à l’âge puisqu’en 2005, lui-même en a fait l’amère expérience lorsqu’il s’agissait d’accéder au pouvoir alors que conformément à la loi fondamentale, l’âge ne lui permettait pas. On a dû alors changer les règles du jeu afin de lui permettre de devenir Président. Aujourd’hui, on brandit encore la règle d’âge à beaucoup de Togolais quand ils cherchent seulement un simple emploi« , a édifié le parti.

La formation politique demande humblement au Chef de l’Etat de sympathiser avec ceux qui sont encore confrontés à cette pratique discriminatoire.

« Ce qui est bon pour le Président, l’est également pour le citoyen Togolais. Nous refusons la politique de « deux poids deux mesures : une pour l’élite et l’autre pour les pauvres« , lorgne le PPI.

Une retraite pour tous les agriculteur, également n’est pas du reste.

« Le commerçant et tous ceux qui font partie du secteur informel, vivent difficilement sans pension. Pour le PPI, la sécurité sociale n’est pas n’est pas un privilège de peu mais une nécessité pour nous tous. La retraite à tout le monde va permettre aux Togolais de se lancer dans l’entrepreneuriat en comptant sur un minimum social quelque soit le chemin. Les jeunes seront alors plus flexibles à prendre des risques, créant ainsi leurs propres emplois. C’est un stimulant du génie social« , a informé le parti.

Une nouvelle forme d’allocation familiale est souhaitée par le PPI de Zato.

« Le PPI demande l’abolition des allocations familiales en leur forme actuelle. Pour le PPI, les allocations familiales ne doivent pas être liées à l’emploi mais aux conditions de chaque famille. Ainsi, le PPI propose la création de l’Assistance Familiale pour l’Ascension Sociale (AFASO) qui va octroyer 4000F CFA par mois à chaque famille qualifiée. Le PPI saisit ici l’occasion pour remercier le Gouvernement pour son programme d’essai de transfert monétaire lancé en mars 2019 et attend l’application systématique de ce programme qui répond bien en esprit et intention à son plan AFASO. En cette période de vie chère, si ce programme existait, cette partie de la couche vulnérable serait déjà protégée« , promet le parti.

Pour le parti, il est nécessaire pour le gouvernement de préserver la liberté de manifestation et de réunion sur toute l’étendue du territoire nationale.

« Le PPI s’inquiète des arguments avancés par le Gouvernements pour interdire les deux dernières manifestations de la DMK. Le PPI ne veut pas croire qu’il y a dans cette interdiction une volonté délibérée d’interdire ou d’étouffer toute manifestation publique reconnue par la Constitution. C’est pourquoi le parti demande au gouvernement de prendre toutes les dispositions afin d’assurer à chaque Togolais la liberté de manifester dans la sécurité conformément à la Constitution« , a conclu le parti.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *