Togo/ L’ONG JVE forme les journalistes sur l’agroécologie

En Afrique comme au Togo, les agriculteurs souffrent des phénomènes météorologiques extrêmes causés par le climat. Différentes agences des Nations Unies notamment la FAO propose l’agroécologie comme remède contre ce phénomène. L’ONG Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE) veut mettre les journalistes à contribution pour sa promotion. Ceux de l’Association Togolaise des Journalistes Engagés pour l’Environnement (ATJ2E) échangent sur l’agroécologie ce lundi 20 juin 2022 à Glékopé dans la commune d’Agou 2.

Le Continent africain fait face à une expansion de changements climatiques qui impactent considérablement la souveraineté alimentaire, la biodiversité et l’écologie. Ce sont les agriculteurs qui en souffrent le plus. Il est donc urgent de mettre en place des systèmes agricoles et alimentaires durables et résistants au climat. Les spécialistes proposent l’agroécologie pour palier le phénomène, une alternative peu connue par les journalistes ne disposant pas toutes les informations requises. L’ONG JVE forme ce lundi les journalistes de l’ATJ2E sur les pratiques et les principes agroécologiques à Glékopé dans la commune d’Agou 2. L’objectif de ce cadre de travail est de permettre aux professionnels des medias de mieux communiquer sur l’agroécologie, une réponse aux changements climatiques. Les travaux ont été ouverts par le Secrétaire Général de la Commune d’Agou 2, Ibrahiré Abdoulaye.

« L’Afrique subit chaque jour les effets du changement climatique, de la désertification qui obligent des fois les agriculteurs à se tourner vers des techniques qui ne sont pas toujours respectueuses de l’environnement. Parmi ces techniques, il y a principalement l’utilisation des engrais chimiques. Plusieurs études ont montré aujourd’hui que l’agroécologie peut être une solution pour lutter contre les changements climatiques qui pourraient nuire à la souveraineté alimentaire au Togo et en Afrique. Nous sommes aujourd’hui ici pour échanger sur comment communiquer sur l’agroécologie et la promouvoir. Il s’agit de mettre à la disposition des journalistes toutes les informations qui pourront les aider à sensibiliser les populations à ne plus utiliser les engrais chimiques et aussi motiver les autorités à adopter des politiques en faveur de l’agroécologie« , a indiqué Eve Koadjovi, chargé de projet à JVE.

Les journalistes de l’ATJ2E seront outillés a cette rencontre sur le concept de l’agroécologie et partageront les meilleures pratiques pour une identification, un développement et une publication efficace des messages clé pour le changement des comportements. Une visite express de terrain était au programme de cette activité. FIN

NPA

Pour vos reportages, interviews, insertions ou publicités, contactez-nous sur le 90842663 / 97654704

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *