Vie chère au Togo/ Veille Economique propose la réduction des salaires des gouvernants

La vie chère continue de faire sa loi au Togo. Les populations tirent le diable par la queue parce qu’ils ont un pouvoir d’achat faible. Pour Veille Economique, face à cette situation exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles. L’organisation propose la réduction du niveau de salaire des ministres, du Président de la République, du Premier Ministre, de la Présidente de l’Assemblée nationale, des députés et des responsables des institutions publiques. Devant la presse mardi, elle a demandé l’annulation des élections régionales. Aussi, a-t-elle confié, il y a des traces de pétrole au Togo.

La vie chère a un caractère international, mais chaque pays subit la crise, la ressent de façon différente. Les Togolais la traversent de façon douloureuse. Dans un exercice ce mardi 14 juin 2022, l’organisation Veille Economique a apporté une série d’informations aux médias et à l’opinion internationale sur cette crise et des approches de solutions qu’elle préconise.

« On a voulu apporter ces informations sur la vie chère et les apports de solutions pour permettre à nos compatriotes de traverser cette crise de façon moins douloureuse. En gros, on a montré que les gouvernants ont aujourd’hui des difficultés à prendre un certain nombre de mesures parce qu’ils ont très peu de marge de manœuvre à cause de la gouvernance faite sur les 15 dernières années. Les Togolais souffrent parce qu’ils ont un niveau d’achat faible quasiment le dernier dans la zone CEDEAO-UEMAO. Le Togolais a un revenu parti d’un pouvoir d’achat de 1600 dollars par an par habitant, ce qui représente environ 76 000 CFA par mois comparativement aux autres pays de la zone UEMAO et CEDEAO. En fonction de cette disparité, les Togolais vont souffrir davantage plus que les autres citoyens des autres pays dans cette crise. C’est ce que nous avons voulu apporter comme information« , a indiqué Nettey Thomas Koumou, Président de Veille Economique.

Selon cette organisation, le Togo laisse des traces de pétrole. En gros, le pays exporte entre 5 et 6 millions de tonnes de baril de pétrole en moyenne chaque année. Selon elle, dans le rapport sur le commerce extérieur de l’UEMOA, le Togo exporte le pétrole. Elle dit ignorer la source de ces exportations, mais le pays, sur la période de 2007 à 2020, a exporté 678 milliards de produits pétroliers. Qui exporte ce pétrole ? S’interroge-t-elle. Elle reste du moins persuader que le pays exporte du pétrole.

« Ce que j’ai remarqué après des analyses est qu’effectivement le relèvement du niveau du prix du baril a une conséquence sur le coût additionnel de l’importation du pétrole au Togo. Ce qui expliquerait les augmentations du prix à la pompe qui ont été faites ces derniers temps« , a indiqué Nettey Thomas Koumou.

Veille Economique pointe aussi du doigt l’OTR. En moyenne, la douane et les impôts coûtaient 08 milliards au Togo. Mais avec l’arrivée de l’OTR, ces impôts sont passés à 19 milliards aujourd’hui, déplore cette organisation. Le niveau de salaire de l’OTR ne correspond à aucun département de la fonction publique. Pour Veille Economique, c’est du chantage.

« C’est-à-dire, vous nous payez des salaires à un niveau très élevé et on arrête de voler. On a l’impression qu’ils se sont octroyé les salaires en faisant comprendre qu’ils sont assis sur des ressources et que gérer ces ressources leur donne le droit d’avoir 19 milliards de charges de fonctionnement et de max salarial. C’est excessif et ce n’est pas normal« , regrette l’économiste Thomas Koumou.

Veille Economique propose deux pistes de solutions pour sortir de la crise notamment celles de court terme et de moyen long terme.

Pour ce qui concerne les approches de solutions de court terme, l’organisation propose la réduction de 50 % des émoluments des gouvernants notamment ceux des ministres, du Président de la République, du Premier Ministre, de la Présidente de l’Assemblée nationale, des députés et des responsables des institutions publiques. Cette réduction ne saurait être un scandale, rassure-telle.

L’autre proposition qui lui tient à cœur est l’annulation des élections régionales. Pour cette organisation, une annulation des élections régionales fera une économie de 12 milliards au pays de façon potentielle et une économie de 4 à 5 milliards de façon permanente face à ce que coûte aujourd’hui l’Assemblée nationale, les conseillers municipaux. L’Assemblée nationale en terme de max salarial de fonctionnement coûte 4 milliards minimum chaque année au Togo. Pareil pour les conseillers municipaux, a fait savoir ce spécialiste.

Pour Veille Economique, la mise en place d’un Sénat serait inutile et n’aboutira à rien du tout sauf des dépenses au pays. Elle a suggéré également la réduction des taxes d’encombrement et de ticket dans les marchés jusqu’à la fin de l’année.

Pour le court terme, elle propose que les gouvernants portent le budget de l’agriculture de 44 milliards à 77 milliards. Il s’agira d’allocation directe du budget. Elle suggère aussi qu’on renforce la lutte contre l’évasion fiscale, le détournement de fonds publics et surtout la main mise sur les ressources publiques par la création de sociétés-écrans par des groupes obscurs. FIN

NPA

Pour vos reportages, interviews, insertions, dossiers ou publicités, contactez-nous sur le 90842663 / 97654704

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *