Togo/ L’ARCEP veut cheminer avec les journalistes

Chaque 17 mai de l’année, le monde célèbre la Journée Mondiale des télécommunications et de la société à l’information. Afin de marquer d’un sceau cette journée, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a initié mardi, un Master Class dédié aux journalistes sur leur rôle dans le dispositif de régulation par la donnée.

Face à la profonde mutation des technologies de l’information et de la communication (TIC), l’ARCEP, à la faveur du démarrage de ses activités, en novembre 2020, s’inscrit durablement dans cette dynamique en faisant montre d’audace et d’agilité. Son élaboration témoigne à divers égards, de la volonté de s’inspirer des meilleurs pratiques pour « promouvoir par une régulation par tous et pour tous ». C’est autour de cet idéal que le Master Class de mardi a réuni les journalistes et professionnels de médias dans le cadre de la Journée Mondiale des télécommunications et de la société civile édition 2022.

Articulée autour du thème : « Rôle du journaliste dans le dispositif de régulation par la donnée », l’objectif de cette initiative est d’amener les journalistes à parler le jargon de la régulation des communications électroniques et des postes, de mieux traduire les messages de l’ARCEP aux populations, partager la mission de l’institution et vulgariser sa vision.

« Cette vision impose la nécessité de concilier inclusion et innovation afin de réinventer notre métier de Régulateur grâce à la digitalisation. De ce point de vue et dans le contexte où la transformation digitale apparaît aussi bien comme la fin et le moyen, notre engagement devrait, à terme, permettre la mise en place des conditions d’une concurrence saine et loyale qui constitue le gage d’une baisse significative du coût des communications, d’amélioration de la qualité de service et d’accessibilité de plus grand nombre de Togolais aux réseaux d’échanges. Nous avons besoin de vous les journalistes pour mieux expliquer aux populations l’enjeu et ce que nous faisons. Il faut faire savoir aux consommateurs que c’est pour eux que nous sommes là et que nous ne sommes pas non plus une machine répressive contre les opérateurs« , a expliqué Michel Yaovi Galley, Directeur général de l’ARCEP.

L’ARCEP a partagé avec les médias sa posture et la sincérité de ses engagements pour la défense des consommateurs. Elle a surtout rassuré qu’elle fait preuve de beaucoup de pédagogie vis-à-vis des opérateurs économiques contrairement à ce que l’opinion peut penser. Cette police de la qualité de service des communications électroniques a informé que son plan stratégique prend encrage dans les orientations stratégiques telles que définies, à l’échelon national, dans les instruments, textes juridiques et réglementaires qui régissent le secteur des communications électroniques et des postes du Togo, mais aussi dans la déclaration de politique du secteur de l’économie numérique ainsi que dans la Feuille de route gouvernementale.

Deux tables rondes ont animé le Master Class. La première a porté sur le thème: Cerner les missions de l’ARCEP pour mieux comprendre la régulation par la donnée.
L’autre table ronde a pour thème : Le traitement journalistique des publications. Le journaliste, un maillon essentiel dans le dispositif de régulation par la donnée ?

Une visite de la salle de contrôle et de supervision de la qualité de service a également marqué cet exercice.

L’ARCEP ambitionne se hisser au rang des régulateurs de référence dans la sous-région ouest africaine. Elle annonce, pour bientôt, une enquête nationale de satisfaction. FIN

Pour vos reportages, interviews, insertions, dossiers ou publicités, contactez-nous sur le 90842663 / 97654704

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *