Extrémisme violent en Afrique / Les leaders religieux disent non à ce phénomène

Le djihadisme et l’extrémisme violent sont à nos portes. Le Togo en est une nouvelle fois victime par une attaque dans la nuit du 10 au 11 mai. Le pays est en alerte. Cette situation interpelle tous les pays de l’Afrique de l’Ouest. Depuis mercredi. Le Programme des Relations Islamo-Chrétiennes en Afrique (PRICA) a réuni dans la capitale togolaise, les leaders religieux de 08 pays d’Afrique de l’Ouest et de la zone du Sahel autour du Forum dénommé Ecole Saisonnière interreligieuse pour la prévention des conflits et la paix.

Le Togo a été une nouvelle fois attaqué dans la nuit du 10 au 11 mai 2022 par des djihadistes au poste de Kpinkankandi à Kpendjal. Le bilan provisoire fait état de 8 soldats tombés, 14 blessés, 01 véhicule blindé jeep brûlée et une armée d’appui type 12.7 emportée. Des faits, qui confirment que l’extrémisme violent et le djihadisme sont à nos portes. Le gouvernement, via un communiqué, a invité les populations à ne pas paniquer.

La menace djihadiste et l’extrémisme violent ne laisse indifférent aucun pays du continent africain. Toutes les couches de la société veulent jouer leur rôle pour davantage lutter contre ces phénomènes.

Depuis mercredi, des leaders religieux de 08 pays sont en travaux d’analyses et de réflexions à Lomé pour une durée de trois jours sur le phénomène des conflits récurrents en Afrique de l’Ouest et dans le grand Sahel.

C’est une initiative du PRICA dans le cadre de l’Ecole saisonnière interreligieuse sur la prévention, la lutte contre l’extrémisme violent et les conflits dans la région du grand Sahel et ses environs pour la paix et le développement durable dans le continent Africain.

« Nous attendons que les leaders religieux prennent des initiatives de paix pour prévenir l’extrémisme violent. Ils sont là pendant trois jours pour réfléchir et décider des actions à poser dans le présent et dans le futur afin de résoudre le problème de l’extrémisme et la radicalisation. Nous sommes sûres que les religieux peuvent jouer ce rôle. Il s’agira de sensibiliser leurs fidèles et de les amener à sortir du radicalisme. Toutes les obédiences religieuses sont ici pour qu’ensemble on réfléchi sur la stratégie à adopter pour inviter nos communautés à abandonner cette voie« , a indiqué Révérend Dr Komi Dzinefa Adrake du PRICA.

La radicalisation et l’extrémisme violent menacent. Ils embrassent une grande partie de l’Afrique de l’Ouest et la zone du Sahel. Le Forum de Lomé se focalisera pendant ces trois jours sur le rôle des leaders religieux dans la prévention, la lutte contre la radicalisation et extrémisme violent.

Avec le PRICA, les leaders religieux veulent jouer leur partition, celle de porter le noble idéal de la promotion de la paix en Afrique, en particulier l’Afrique de l’Ouest par des multiples actions.

Pour information, le PRICA est une organisation chrétienne panafricaine créé en 1959. Il a pour objectif d’établir de bonnes relations entre les communautés chrétiennes et musulmanes et de faciliter la coexistence pacifique entre elles. FIN

NPA

Pour vos reportages, interviews, insertions, dossiers ou publicités, contactez-nous sur le 90842663 / 97654704

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *