Togo/ La presse veut rehausser son niveau de compétence professionnelle

Ces dernières années, le gouvernement togolais appelle de tous ses vœux à une presse mature et à la maîtrise des grands enjeux du moment. Le fer de lance de ce processus est la mutation des médias en entreprise de presse, une métamorphose irréversible. La nouvelle donne est prescrite par le Code de la presse et de la communication. Que savoir de l’entreprise de presse ? Quelles sont les contraintes ? Ce jeudi, à l’initiative du Conseil national des patrons de presse (CONAPP), les journalistes ont pris quelques notions sur le management et gestion des entreprises de presse.

Au Togo, les pouvoirs publics veulent amener les journalistes à s’accrocher à l’éthique et à la déontologie de leur métier. Le Code revisité prévoit désormais des entreprises de presse en lieu et place des organes de presse. Le moratoire de 03 ans accordé depuis 2020 prend fin en 2023. Ainsi, la HAAC aura désormais un droit de regard sur les médias numériques au Togo.

Rien à dire, il faut que les acteurs se préparent à ce nouveau cadre pour l’exercice de leur métier avant la période de grâce.

C’est dans cette dynamique que la Semaine de la presse, une initiative du Conapp a donné l’opportunité aux journalistes de prendre quelques notions sur le management et gestion des entreprises, ce jeudi 05 mai à Lomé.

Il s’agit pour ces acteurs de découvrir les réalités liées à l’exigence en entreprise de presse aux nouvelles contraintes. Des outils ont été mis à leur disposition pour une gestion susceptible de faire vivre leur entreprise de presse.

« Cet exercice est plus qu’important parce que la date moratoire arrive. Il faut que nous journalistes, allions à la connaissance des tenants et aboutissants des contraintes liées l’entreprise de presse. Les participants ont été édifiés par des outils comme le marché avec lequel on peut gérer son entreprise, comment la faire rentabiliser et surtout l’enjeu en face. Nous serons condamnés à supporter les charges que l’entreprise de presse implique. C’est ce qui justifie cette activité au programme de la deuxième édition de notre Semaine de la presse que nous avons entamé depuis mardi« , a indiqué Arimiyao Tchagnao, Président du Conapp.

La presse togolaise est en proie à des problèmes spécifiques au secteur. Le challenge, aujourd’hui, est d’instaurer des entreprises de presse avec des mécanismes de gestion pour une meilleure rentabilité. Cette activité du patronat inscrit au programme de l’acte 2 de la Semaine de la Presse, s’inscrit dans le cadre de la Journée Internationale de la Liberté de presse 2022 articulée sous le thème : »Le journalisme sous l’emprise du numérique ». FIN

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *