Togo/La presse soucieuse de la sécurité du pays

Le Togo est en branle contre le terrorisme et l’extrémisme violent surtout au lendemain de l’attaque terroriste contre le poste des forces de l’ordre dans la zone de Kpendja , à Sanloaga dans la nuit du 09 au 10 novembre 2021. Soucieuse de la sécurité du pays, le Conseil national des patrons de presse (CONAPP) a réuni mercredi, les journalistes autour de leur contribution contre l’extrémisme violent et le djihadisme, une activité inscrite au programme de la Semaine de la presse.

La montée du terrorisme, l’extrémisme violent et le djihadisme est réelle dans la sous-région. Le Bénin, pays voisin, en a été victime une nouvelle fois il y a quelques jours. Aussi, dans la nuit du 09 au 10 novembre, un poste de sécurité des forces armées togolaises déployées dans la zone de la même localité de Kpendjal, à Sanloaga précisément, a été attaqué par des terroristes. L’attaque a été déjouée et la riposte a permis de neutraliser un terroriste d’après les informations officielles.

Le pays est en alerte contre ces menaces. La presse aussi veut jouer son rôle. Ce mercredi 04 mai, dans le cadre de la deuxième édition de la Semaine de la presse, le Conapp a réuni les journalistes autour de la contribution des médias dans la lutte contre l’extrémisme violent et le djihadisme. Une initiative pilotée par le patronat aux côtés du gouvernement togolais, à la prévention et à la lutte contre l’extrémisme violent.

« Pour toute nation moderne, les populations aspirent au développement, aux meilleures conditions de vie et aux mieux-être. Certes, nous célébrons la Semaine de la presse pour marquer un arrêt sur nous et notre métier et se donner de nouvelles orientations, mais aussi nous avons aussi besoin de la stabilité et la sécurité dans le pays. C’est parce que notre pays est stable que nous sommes ici. On a conscience de ce qui se passe dans la sous-région. Le monde est secoué par l’extrémisme violent, le terrorisme et le djihadisme. On a donc choisi de ne pas uniquement célébrer la presse, mais aussi d’échanger sur la question de sécurité qui est d’actualité. Dans le rôle social que nous avons en tant que journaliste, il nous faut revoir notre rôle aux côtés des autorités du pays pour davantage lutter contre ces phénomènes. Nous serons irons ensuite sensibiliser, former et informer les populations sur ces thématiques. Je salue ici le ministère de la sécurité qui a mis à notre disposition des spécialistes qui nous ont édifié. On a eu des experts dignes qui maîtrisent les thématiques. Ceux qui ont profité de cette formation sont agguéris pour mieux situer nos populations sur les questions de terrorisme, d’extrémisme violent et le djihadisme » a expliqué Arimiyao Tchagnao, Président du Conapp.

Face à la montée du terrorisme dans la région du Sahel, le Togo a créé le Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV) le 15 mai 2019 avec pour mission de prévenir et lutter contre l’extrémisme violent selon une approche souple adoptée par le gouvernement togolais, en complément du dispositif opérationnel mis en place pour combattre et lutter contre le terrorisme.

A la fin de la formation, les journalistes pourront avoir des éléments de langage qu’ils pourront utiliser pour mieux sensibiliser les populations. FIN

NPA

Pour vos reportages, interviews, insertions, dossiers ou publicités, contactez-nous sur le 90842663 / 97654704

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *