Togo/Vie chère: « Je peux appuyer sur un bouton et les prix vont baisser » dixit John Doh Atutonu

L’économiste togolais John Doh Atutonu, Directeur Général de Candence International SA, jure avoir la recette pour mettre fin à la vie chère au Togo.

Devant la presse samedi, il a développé son concept du « mal achat » et de ce que son impact, surtout l’escalade des prix due à la vie chère qui en découle, constitue un revers pour la vie socioéconomique des populations.

La vie chère rend la vie dure aux Togolais. Tout est cher dans le pays. Une situation devant laquelle le gouvernement paraît impuissant. La bonne nouvelle est qu’un Togolais dit avoir la recette pour atténuer la souffrance des Togolais. Il s’agit de M John Doh Atutonu, économiste et Directeur général de Cadence International SA. Devant les professionnels des médias, il a apporté une illustration sur son concept du « mal achat » et l’escalade des prix sur les marchés en Afrique.

L’objectif de cet exercice est d’expliquer à l’opinion la plateforme d’apprentissage, de persuasion et de rappel en matière de contrôle de l’utilisation des ressources. L’économiste dit vouloir rendre la vie facile aux Togolais et de l’étendre au reste du monde.

« La rencontre de ce matin a pour objectif d’une part de partager avec les médias le thème de mal achat et l’escalade des prix sur les marchés en Afrique et d’autre part d’édifier les populations sur la nécessité d’adopter l’achat collectif pour acheter moins cher. C’est une arme puissante contre la vie chère, mais aussi la fraude et la corruption. Quand on achète mal, nous faisons le mal achat et donc nous donnons l’opportunité aux personnes qui nous vendent d’avoir de l’argent et de se sentir maître de quelque chose et de manipuler les marges en notre défaveur. Mon intention est de veiller à ce que ces marges soient réduites. C’est pourquoi j’ai introduit mon document d’orientation par l’exploitation des marges, le revenu des ménages pour avoir un impact. Si tout le monde achète par la même plateforme, il connaîtra les prix et personne ne pourra augmenter intentionnellement les prix des produits » a-t-il expliqué.

M.John Doh rassure que son orientation est la satisfaction des besoins réellement ressentis par ses concitoyens.

Pour atténuer la vie chère au Togo, il propose l’achat collectif.

« Je propose l’achat collectif, mais vous savez, l’achat collectif est une organisation. Il faut un coordinateur et il faut avoir une méthode de gestion. Je pense que j’ai l’expertise requise pour conduire cette opération pour toute la population. J’ai déjà introduit des systèmes de formation pour former beaucoup plus de personnes à cette méthode qui est la mienne et que j’ai trouvé par un processus inductif en passant de la pratique à la théorie et non l’inverse. Face à la vie chère devant laquelle les autorités togolaises sont désespérées, je crois que je représente aujourd’hui une solution idéale pour le Togo et pour plusieurs États. Avec le système que je vais mettre en place, je pense maîtriser la situation de la vie chère au Togo et je peux même signer un contrat avec un délai durant lequel je peux appuyer un bouton et les prix vont baisser au Togo« , rassure-t-il et d’expliquer sa recette.

« Ce bouton est que par l’opération que nous faisons, on va créer une zone de prix réduit dans le système. Cette zone va habiter ensemble avec le marché traditionnel. Les acheteurs du marché traditionnel vont ensuite se plaindre à leurs fournisseurs qui seront contraints de descendre les prix. Cette descente des prix aboutira à une réduction des prix sur le marché d’où la réduction de la vie chère au Togo« , a-t-il précisé.

Par cette sortie médiatique, l’économiste veut expliquer à l’opinion l’opportunité offerte aux agents économiques, y compris les ménages, de jeter les bases de l’amélioration de leur situation financière en adoptant pour le « bon achat ». FIN

NPA

Pour vos reportages, interviews, insertions, dossiers ou publicités, contactez-nous sur le 90842663 / 97654704

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *