Convention de Minamata sur le mercure/ Le Togo sur la voie de sa réalisation

Le Togo veut réduire les risques liés à l’utilisation, à la gestion et à la libération de mercure dans le secteur de l’exploitation minière artisanale à petite échelle de l’or. A cet effet, le pays a ratifié à la Convention de Minamata sur le mercure le 03 février 2017. C’est dans cette dynamique que des membres du groupe de travail du projet de développement du Plan d’action nationale (PAN) examinent depuis mercredi, à Lomé, les rapports issues des inventaires et évaluations menées pour élaborer le synopsis national pour l’Exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or (EMAPE).

L’EMAPE est une grande source d’émission de mercure dans le monde en représentant 1/3 des émissions mondiales.

Au Togo, l’Extraction Initiale de la Convention de Minamata ont révélé que la pratique de l’EMAPE avec utilisation de mercure pourrait toucher certaines régions du pays.

Soucieuses de la protection de l’environnement et de la santé humaine, le pays a décidé de prévenir les risques posés par les émissions et rejets de mercure issus de l’exploitation artisanale et à petite échelle de l’or à travers le projet « développement d’un plan d’action national pour l’exploitation artisanale et à petite échelle de l’or ».

Ainsi, donc, des inventaires et évaluations d’impact de toutes les activités inhérentes au secteur de l’EMAPE sont élaborés.

Ce mercredi 23 février 2022, s’est ouverts, à Lomé, les travaux sur l’examen des rapports produits par l’équipe de consultation au travers d’un atelier qui aboutira à leur validation.

« Le projet consiste à protéger la santé humaine et l’environnement contre les risques des rejets de mercure dans les exploitations minières d’or. Dans la signature de la Convention de Minamata, la communauté internationale s’est aperçu que l’activité d’exploitation artisanale d’or est une source importante de pollution par le mercure. Il s’est avéré que dans chaque pays où l’inquiétude est pareille, il faudrait élaborer ce document afin de prendre des mesures pour éliminer l’utilisation des mercures. Le Togo est à une étape de la mise en œuvre de ce projet. Elle a consisté à faire des enquêtes de terrain. A présent, il faut voir le nombre de bailleurs qu’on a, dans quelle zone se pratique les activités et quelles sont les techniques qu’ils utilisent. Cela permettra de mesurer l’ampleur du problème et de développer des stratégies afin de mieux protéger les miniers. » a indiqué Ajavon Kayivi Obidon, point focal de la Convention Minamata sur le mercure au Togo.

Ce cadre de travail prévu pour deux jours constitue une étape dans le processus d’élaboration du plan d’action. Il réunit les membres du groupe de travail du projet de développement du PAN pour l’EMAPE au Togo ayant participé à l’atelier de lancement, la société civile, les consultants nationaux chargés de l’élaboration des rapports thématiques et du Synopsis de l’EMAPE, les personnes ressources ayant contribuées aux missions d’inventaires et celles qui ont une connaissance avérée du secteur de l’EMAPE, en conformité avec la Convention de Minamata sur le mercure.

Les rapports qui sont présentés référent les données et informations collecter auprès des orpailleurs artisans mineurs par les consultants et traités selon l’outil d’inventaire du PNUE.

Il faut rappeler que l’EMAPE de l’or se pratique au Togo particulièrement dans les régions des plateaux, de la Centrale et de la Kara. Elle constitue un secteur important de l’économie locale et régionale et influence considérablement la société au niveau écologique, économique et social.

Pour information, le projet du Togo « développement d’un plan d’action nationale pour l’exploitation artisanale et à petite échelle de l’or » a pour objectif de contribuer à la mise en œuvre de la Convention de Minanata.FIN

NPA

Pour vos reportages, interviews et tout autre visibilité sur vos activités contactez nous.

90842663 / 97654704
Email: dodjinarcisse@gmail.com

Merci de nous faire confiance !!

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *