Togo/DAAD: La sécurité alimentaire et nutritionnelle au cœur des réflexions à Lomé

Le besoin humain fondamental pour les individus, les communautés et les nations est l’accès continu à une nourriture suffisante, abordable, sûre et nutritif pour une vie active et saine. Cependant les ravageurs et les maladies émergents pré et post récolte menacent la sécurité alimentaire. Le sujet fait objet de réflexion à Lomé entre les alumnis de la DAAD (Deutscher Akademischer Austrauschdienst German Academic Exchange Service », des enseignants-chercheurs et des acteurs qui s’intéressent à la chaîne de valeur post récolte venus de divers horizons.

Lomé s’honore d’accueillir pendant trois jours une conférence des Alumnis de la DAAD sur le Transfer new technology in post harvest science for food security and nutrition.

Ces acteurs venus d’un peu partout sont réunis dans la recherche des stratégies de développement commun autour de la question liée aux ravageurs et les maladies émergents pré ou post récolte qui menacent la sécurité alimentaire par leurs dégâts et la contamination par des mycotoxines affectant ainsi la disponibilité et la qualité des produits. Cette perte alimentaire, causée par ces ravageurs, se produit à tous les niveaux de la chaîne alimentaire depuis la production agricole en passant par la distribution, la vente et la consommation.

Les participants à ce séminaire vont échanger afin de mettre en place un programme commun de co-développement et de transfert de technologie de gestion des pertes post récolte afin de contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et ainsi ouvrir d’autres champs disciplinaires dans leurs formations académiques.

« Nous sommes réunis à Lomé pour échanger sur la nutrition alimentaire. L’objectif visé est de partager avec les acteurs de la chaîne alimentaire un certain nombre de problèmes sur la chaîne de valeur post récolte. Il y a des insectes et ravageurs qui déprécient la qualité de ces produits. Nous voulons réfléchir sur tous ces aspects et voir comment trouver des technologies pour améliorer la qualité nutritionnelle et surtout la quantité de ces produits récoltés » a indiqué Agboka Komi, Enseignant chercheur en agronomie.

Financé par le DAAD, Il y aura des conférenciers qui vont outiller les participants venus du Bénin, du Nigéria, du Ghana, du Sénégal et du Togo sur les aspects de post récolte et sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il ne s’agira pas uniquement de partager cette technologie avec les acteurs, mais aussi de mettre sur pied un programme de formation à l’Université pour former des gens sur la science des technologies alimentaires et post récolte.

Les discussions aboutiront à l’identification de besoins et des experts en vue de poser les bases de ce nouveau programme universitaire régional.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *