Togo/Golfe 4: Le Maire Fabre évalue la gestion de sa commune à mi-parcours

La commune de Golfe 4 a tenu vendredi sa session ordinaire. Un cadre de travail subordonné par la présentation de carte vaccinale par chaque participant. Il s’agit pour le Maire Fabre Jean-Pierre et ses conseillers municipaux, de se consacrer à un examen à mi-parcours de la gestion de leur Commune. Pour le maire Fabre, tout est à faire dans le Golfe 4.

La commune de Golfe 4 a tenu ce vendredi 10 septembre 2021 sa session dans un contexte sanitaire qui ne s’améliore pas malgré les efforts communs des Communes avec les autorités sanitaires. Les participants ont été autorisés à la séance après avoir exhibé leurs cartes vaccinales. Cette séance est l’occasion le point de ses plans d’action.

En effet, le budget d’investissement de la commune est passé à 750 000 000 de FCFA à 3 500 000 de FCFA.

« A notre dernière session, nous avons adopté un budget supplémentaire, ambitieux avec un programme d’investissement qui devrait lui permettre de commencer à résoudre les problèmes urgents sur lesquels nos administrés nous attendent. Nous aurons à cette session à faire le point du plan de passation de marché qui en a été tiré et vérifier que les moyens financiers sur lesquels nous nous appuyons sont à la hauteur. Il s’agit de voir comment nous nous sommes conformés au budget supplémentaire.Il nous appartient de faire preuve d’esprit d’anticipation, car les recettes collectées pour nous par l’OTR alors qu’une implication de nos revenus a déjà été opérée lors de la nouvelle répartition des recettes intervenues en avril 2021 sont en deçà de nos prévisions pour le compte du 1er semestre » a situé Fabre Jean-Pierre, Maire de la Commune de Golfe 4.

En tout cas pour le Maire, tout est à faire dans sa commune.

« Tout est à faire dans la commune de Golfe 4. Lorsque le citoyen voit que l’argent public est mal géré, il se dit pourquoi lui, il doit bien faire. C’est ce qui se passe. Par exemple, on s’est rendu compte qu’il n’y a pas de latrines dans les maisons. Et que celles du publique sont dans des situations déplorables parce que les gens n’en prennent pas soin. On a affecté 220 millions à la construction de latrines publique sur le budget de 2020. On a affecté 310 millions en curage de caniveaux, en extension ou en entretient des réseaux d’éclairage public parce que la plupart des quartiers ne sont pas éclairés et sont source d’insécurité. Voilà les choses en rénovation des infrastructures marchandes. Des écoles aussi ont été rénovées. Je dis la propreté, la salubrité, l’assainissement d’abord dans les quartiers et ensuite, on verra. Le basique d’abord » a t-il fait savoir.

Les échanges avec les membres des CDQ de la commune ont animé cette évaluation.

Il a été question également de permettre au représentant de l’Agence nationale d’appui pour le développement au développement à la base (ANADEB) d’expliquer la relation de leur structure avec les CDQ et les recommandations à l’endroit de la commune. La session a permis également aux CDQ de poser leurs préoccupations.

La session a permis aux membres du conseil municipal et les cadres de la commune de donner leurs avis sur les thématiques retenues.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *