Togo/Lutte contre la corruption: La HAPLUCIA veut enfanter une nouvelle stratégie

Le Gouvernement togolais a confié une lourde mission à la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption (HAPLUCIA), celle d’être antorse à la corruption au Togo. Pour la réussir, il faut planifier et adopter une stratégie. Ce jeudi, la HAPLUCIA a débuté les travaux sur l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées lancée depuis le 21 mai 2021 par le Gouvernement togolais.

Le Togo a ratifié la Convention des Nations Unis et celle de l’Union Africaine et le protocole de la CEDEAO. Pour lutter contre la corruption, il est donc important de se doter d’une stratégie. C’est ce que le pays veut faire à travers une série d’ateliers sur l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et les infractions assimilées. Trois consultants ont été sollicités pour cet exercice dont un des classes internationales.

« Cette élaboration va durer 12 mois au maximum. Les consultants ont fait un état des lieux de la corruption au Togo et ont analysé le cadre juridique et institutionnel de la lutte contre le fléau au Togo et vont produire un premier rapport provisoire. Le rapport étant inclusif, tout le monde doit participer. C’est pourquoi nous entamons une série d’activité pour avoir l’appréciation de toutes les couches socio-économique du pays. Cette stratégie n’existe pas. Nous voulons enfanter cette stratégie » a indiqué Essohana Wiyao, Président HAPLUCIA.

Les travaux ont débuté ce jeudi 08 septembre avec la société civile, les centrales syndicales et le secteur privé. Demain c’est le tour du ministère de la justice et de la sécurité. La semaine prochaine, le programme continuera avec les autres départements ministériels. Plusieurs thématiques sont à l’ordre du jour de ces sessions.

« Nous avons eu à travailler pendant les 4 derniers mois à faire une collecte d’informations à travers des questionnaires pour faire l’état des lieux de la corruption au Togo. Nous sommes là pour enrichir le contenu du rapport en vue d’avoir in document partagé par l’ensemble des acteurs. Ceci nous amènera vers la phase d’élaboration de la stratégie qui est l’ordonnance, une partie très importante du diagnostique » a précisé Sadaly Cissé, Consultant international dans les politiques publiques.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *