Togo/La DMK réclame justice pour Paul Missiagbeto

Depuis le 17 mai 2021, Mr Paul Missiagbeto, Conseiller Spécial du Président du MPDD à la jeunesse est privé de Liberté. Au terme d’un procès intervenu au Tribunal de Première Instance de Lomé le 13 août 2021, le substitut du Procureur de la République a requis contre lui une peine de prison de 4 ans. Devant les médias, la Dynamique Monseigneur Kpodzro dénonce ce qu’il qualifie de procès politique. Pour ce regroupement, deux principes importants en matière de procédure pénale sont dès le départ de l’interpellation foulés au pied. Des nombreux vices de procédure ont entaché le dépôt, avance t-il. La DMK réclame justice pour Paul Missiagbeto.

La DMK est monté vendredi au crénau devant les professionnels des médias pour réclamer justice pour Paul Missiagbeto, Conseiller Spécial de Agbeyomè Kodjo, Président du MPDD. Pour ces partis de l’opposition, deux principes importants en matière de procédure pénale sont dès le départ de l’interpellation foulés au pied. Il s’agit de l’absence de notification au justiciable des motifs de l’interpellation et pour lesquels il doit être gardé à vue pour les besoins de l’enquête. Ensuite, la violation de la Constitution togolaise en ses articles 25 et 29 relatifs à la liberté d’expression et au secret de la correspondance, des communications et télécommunications.

« La DMK tient à relever que ce procès engage notre justice pénale sur les avancées qu’elle est supposée avoir réalisées ces dernières années. Elle rappelle surtout que dans le dossier impliquant les acteurs politiques de notre nation, les principes de l’indépendance et d’impartialité du juge pénal doivent prévaloir. Paul Missiagbeto est persécuté depuis 2019 pour ses convictions politiques et son engagement aux côtés du Président Dr Gabriel Agbéyomé Kodjo » lit-on dans la déclaration de ces opposants.

La DMK dénonce énergiquement ce qu’elle considère de grave dérive autocratique au Togo avec banalisation systématique des graves atteintes aux droits de l’Homme dans le but de mettre sous éteignoir des adversaires politiques.

Le regroupement interpelle les représentations diplomatiques au Togo, et en appelle au peuple togolais, aux organisations de défense de droits de l’Homme, aux démocrates et aux patriotes à travers le monde pour faire taire et intimider touts ceux qui contestent la gouvernance exécrable du Togo.

Aussi, Brigitte Adjamagbo et les siens invitent les juges togolais à respecter leurs serments de protéger les faibles dans la société et de dire le droit plutôt que de se laisser instrumentaliser par le pouvoir exécutif.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *