Togo/Les acteurs agricoles ambitionnent de développer la transformation locale du Soja

Le Soja est identifié par une étude Diagnostique sur l’Intégration Commerciae (EDIC) comme une filière porteuse parmi tant d’autres filières agricoles au Togo susceptible de créer de la richesse et de l’emploi. Le besoin se sent de booster la production orientée vers un marché de taille et de niches déjà disponible, et de faire augmenter les revenus du petit producteur et de tout acteur où qu’il soit. C’est l’une des ambitions du Projet de Professionnalisation de l’Interprofession Soja au Togo(PPIS) lancé mercredi par les acteurs agricoles réunis au sein du Comité interprofessionnel de la filière soja au Togo (CIFS-Togo).

Les acteurs agricoles de la filière Soja au Togo visent loin. Conscients de l’enjeu et des défis à relever pour une production de taille du Soja orientée vers de marchés internationaux, ils ont choisi mieux se structurer. C’est dans cette dynamique que la famille des producteurs (FNCPS), la famille des transformateurs (ATTS) et la famille des commerçants exportateurs (ANCES) se sont associées pour mettre en place le Comité Interprofessionnel de la Filière Soja au Togo (CIFS-Togo) le 30 mars 2018. Leur mission, consolider la chaine de valeur Soja bio tout en développant les chaines de valeur de transformation locale faisant du Soja une filière durable, compétitive inclusive, génératrice d’emploi et contribuant efficacement à l’amélioration des revenus des acteurs ainsi qu’à l’équilibre de la balance commerciale au Togo.

Ce mercredi 28 juillet, ces acteurs ont procédé au lancement du Projet de professionnalisation de l’interprofession soja (PPIS) dont l’ambition est de développer la transformation locale du Soja.

« Le rôle du PPIS est de fédérer tous les acteurs autour de la filière Soja pour une synergie afin qu’elle puisse se développer. En mettant en place le CIFS-Togo, l’objectif est de défendre les acteurs et les familles professionnelles qui sont au sein de cette interprofession. Il s’agit de considérer chaque famille comme un acteur clé, déterminer les besoins de ces familles et trouver des solutions pour faire évoluer la filière Soja au Togo. Nous lançons ce projet aujourd’hui pour qu’a la fin de sa réalisation chaque acteur puisse trouver son compte. La vision est de consolider la place de leader dans le Soja bio et développer la transformation locale » a indiqué Kadzakade Komlan, président du CIFS-Togo.

Pour rappel, le CIFS-Togo demeure un creuset national de tous les acteurs de Soja qui s’inscrivent dans la même dynamique avec pour finalité d’atteindre une victoire collective.

Il faut souligner qu’en trois années de labeur, la jeune interprofession regroupée au sein du CIFS-Togo a battu des records. Ils ont quitté 44 000 tonnes de Soja produit en 2018 à plus de 150 000 tonnes en 2020. 51 000 tonnes de Soja ont été exportées cette année dans l’espace UE. Le Togo maintient ainsi sa place de numéro 1 mondial de Soja bio à l’export pour la deuxième fois consécutive. Pour ces acteurs agricoles, le travail ne fait que commencer. Un appel est donc lancé au gouvernement et aux partenaires financiers à accompagner les acteurs agricoles pour non seulement augmenter et améliorer leur capacité productive afin de satisfaire les marchés qui s’ouvrent à eux, mais aussi permettre au Togo de battre d’autres record dans le monde.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *