Togo,Arrestation de Djimon Oré: l’ANC demande sa libération immédiate

La chasse aux sorcières contre toute personne qui oserait placer des paroles qui ne plaisent pas, semble retrouver ses droits au Togo. C’est du moins l’interprétation que font les politiques et la société ces derniers jours avec les arrestations qui se multiplient dans le pays. Le feuilleton de Mr Djimon Oré alimente les débats. Le premier responsable du parti Front des patriotes pour la démocratie est détenu dans les bureaux du SCRIC depuis quelques jours. Le parti de L’Alliance nationale pour le changement (ANC) n’est pas indifférent à cette interpellation.

L’ANC n’approuve pas cette méthode et exige sa libération immédiate.

L’ancien ministre de la communication, Djimon Oré avait laissé entendre que : « Le bilan en termes de sang versé, en termes de compatriotes assassinés par la France-Afrique à travers le régime barbare, le régime de l’oligarchie militaro-clanique des Gnassingbé dépasse de loin ceux qui sont tombés au Rwanda et on parle de génocide rwandais. C’est ça le bilan de l’indépendance du Togo de 1963 à nos jours», propos qualifiés « d’outrage envers les représentants de l’autorité publique » qui serait de nature à créer des troubles aggravés à l’ordre public.

L’ancien membre de l’Union des Force de changement, Djimon Oré en garde à vue pour propos diffamatoires.

Le parti orange de Fabre Jean-Pierre s’insurge contre cette interpellation de Monsieur Djimon Oré suite à sa réaction dans une émission dans le cadre de la commémoration de la fête de l’indépendance, le 27 avril.

Dans un communiqué rendu public ce 02 mai, l’ANC a fait savoir son indignation.

« Dans son allocution prononcée le lundi 26 avril 2021 à l’occasion du 27 avril, le président de l’ANC a fait état, s’agissant du régime RPT,UNIR, d’une dictature militaire clanique. La majorité des Togolais ne pensent pas autre chose. Même s’ils ne le disent pas. Oré Djimon fait le même constat. Il l’exprime librement, conformément à la Constitution togolaise qui garantit à tous, la liberté d’opinion et d’expression » justifie le parti ANC.

Fabre Jean-Pierre et sa maison politique demande la libération immédiate de Djimon Oré.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *