Togo/Falsification d’empreintes digitales et de signature à Nimagna: La collectivité KOMAHE lance un cri de désespoir, Faure Gnassingbé interpellé

Il vous en souvient qu’en 2017 un dossier de falsification d’empreintes digitales et de signature dans les contrats de vente de parcelle de terrain opposait Mr KOMAHE Kodjogan
et le sieur KOMAHE-SESSI Koami James, actuel chef du village de Nimagnan dans la préfecture des lacs, tous deux co-mandataires. Face aux professionnels des médias ce mardi 13 avril 2021, le fils du plaignant, porte parole de la famille KOMAHE, a informé l’opinion des dernières évolutions de cette affaire. La collectivité KOMAHE manifeste son envi de voir la justice dire le droit dans cette affaire. Elle s’en remet au Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé en dernier ressort.

Les déboires entre Mr KOMAHE Kodjogan et KOMAHE-SESSI Koami James, Chef du Village de Nimagnan ont commencé en 1995 lorsque le Chef KOMAHE-SESSI Koami James a mis en vente des parcelles de terrain de plus d’un hectare appartenant à la collectivité KOMAHE MENSAH dont KOMAHE Kodjogan mandataire au même titre que lui.

En effet Togbui KOMAHE Kodjogan avait remis en cause devant l’autorité compétente, l’authenticité de la signature censée être la tienne, qui figurait sur le contrat de vente établi par son ancien associé, le Sieur KOMAHE SESSI Koami James, Chef du village de Nimagnan au client en son nom.

Il faut rappeler que le Chef KOMAHE-SESSI Koami a vendu un terrain d’environ 08 lots à un blanc d’un montant de 14 millions de FCFA à l’insu de la collectivite. Vente d’une réserve à Avepozo, vente de 03 lots appartenant au feu Nimagna Afamlomè, vente de 12 lots appartenant à la soeur de feu SESSI, qui s’appelle Logossi à Avepozo, vente de terrain appartenant à Afando avec l’arrestation des enfants de ce dernier. Aussi après avoir loti un terrain de 20 hectares environs dans le village de Nimagna, il a déclaré avoir payé les géomètres avec 100 lots.

S’insurgeant contre ces ventes illicites des parcelles de terrain et dans le but de dénoncer ce comportement du Chef du village dans la vente des parcelles de terrain appartenant à leur collectivité, le plaignant KOMAHE Kodjogan a diligenté des procédures judiciaires au niveau des autorités compétentes afin de manifester son opposition à cette vente et demander que justice soit rendue.

Le dossier a amené les deux hommes devant le procureur général près la Cour d’Appel de Lomé, l’ex Procureur de la République près le Tribunal d’Aného, au Commissariat de Gbodjome et auprès de la Police Scientifique de la Direction Générale de la Police Nationale afin de faire la lumière sur cette affaire.

Dans ses explications devant la presse mardi, le représentant du plaignant a rappelé qu’à la suite des dénonciations respectives de son père auprès du tribunal, le sieur KOMAHE SESSI Koami James a répliqué en novembre 2020 contre son papa KOMAHE Kodjogan pour faux et usage de faux, incitation à la révolte, dénonciations calomnieuses et atteinte à l’honneur auprès de la Brigade Fluviale d’Agbofrafo, (Préfecture des Lacs).
Toutes ces plaintes n’ont pas abouties pour défaut de preuves, a t-il signifié.

Poursuivant l’enquête en cours à Nimagna dans la Préfecture des Lacs et suite au soit transmis Numéro 277 PR / 2020 du Parquet de la ville d’Aného relatif à la plaine en date du 1er Novembre 2020 de Togbui KOMAHE-SESSI James Koami contre sa personne pour faux et usage de faux, incitation à la révolte, dénonciations calomnieuses et atteinte à l’honneur, Monsieur le Procureur de la ville d’Aného a instruit sur autorisation du Garde de Sceaux, Ministre de la Justice de procéder à une contre-expertise de son empreinte digitale pour élucider l’enquête ouverte par la Brigade de Gendarmerie d’Agbodrafo pour faux et usage de faux.

Faisant suite des conclusions du dossier, Toto KOMAHE a informé qu’à la suite des enquêtes menées professionnellement et de façon impartiale par la Cellule d’Identification Criminelle de la Gendarmerie Nationale, il ressort, en date du 14 Janvier 2021 la conclusion suivante:
La démonstration de comparaison d’empreintes réalisées par le technicien révèle que l’empreinte apposée sur l’attestation de reconnaissance de terrain en date du 7 février 1995 détenu par le sieur KOMAHE SESSI Koami James n’appartient pas au sieur KOMAHE Kodjogan.

« La conférence de presse de ce matin est pour présenter les résultats des enquêtes qui donnent raison à la collectivité. La seconde raison est de présenter la situation d’aujourd’hui avec les ventes de terrain qui continuent, les signatures spoliées. On souhaiterait dire à la justice que oui les résultats de l’enquête sont là mais il faut que justice soit rendue aux plaigants. L’autre chose qu’il faut savoir est que nous souhaiterions porter l’affaire plus haut en rencontrant la presse ce matin. C’est une grosse histoire, c’est pourquoi nous interpellons le Chef de l’Etat afin de se saisir de ce dossier. C’est un cri de désespoir de la collectivité KOMAHE pour la restitution de la vérité après les résultats des enquêtes. Rassurez-vous ce n’est pas un traitement de faveur » a indiqué le fils du co-mandataire KOMAHE Kodjogan, porte parole de la collectivité KOMAHE.

Face à ce dossier dont les conclusions de l’enquête confirment la position de rejet de l’authenticité de l’empreinte digitale de Mr KOMAHE Kodjogan qui figure sur l’attestation de reconnaissance de terrain, Mr KOMAHE Kodjogan invite les autorités judiciaires du Togo à faire prévaloir ses droits afin que tous les documents de vente de parcelles de terrains que présente le sieur KOMAHE-SESSI Koami James et sur lesquels figurent ses empreintes et signatures soient purement et simplement annulés. Demande au Ministère de la Justice de dire le droit dans cette affaire qui l’oppose au chef KOMAHE-SESSI Koami James. Aussi il souhaiterait
l’annulation de toutes les ventes de parcelles de terrain à Nimagna et à ses alentours dirigées par KOMAHE SESSI Koami James.

Le plaignant manifeste également le voeux de voir enclencher le processus de levée d’immunité du Chef KOMAHE SESSI Koami James afin qu’il puisse répondre de ses actes de faux et usage de faux.

Mr KOMAHE Kodjogan félicite la Gendarmerie et la Police Nationale Togolaise, la Justice et les autorités togolaises pour le professionnalisme et l’impartialité dans les conclusions rendues pour faire de la justice togolaise un appareil qui protège les faibles et par-delà tous les togolais épris de justice.

En dernier ressort, la collectivité KOMAHE s’en remet à la réaction express et particulière du Président de la République Faure GNASSINGBE, de nommer une personne qui pourra gérer les plaintes contre le chef du village de Nimangna, qui, à ses yeux, ne s’inquiète pas de ses déboires juridiques.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *