Togo/ Prise en compte des exigences de l’environnement : L’ANGE et différents acteurs en dialogue à Lomé

Le monde est à une époque qualifiée de cruciale pour l’avenir de la planète terre caractérisé par les changements climatiques et ses effets pervers. Le Togo est l’un des pays africains à consentir beaucoup d’efforts à l’intégration de l’environnement dans sa stratégie de développement. Le pays prend des initiatives pour préserver l’environnement et le cadre de vie des citoyens et contribue ainsi à l’effort mondial de la quête d’un développement durable. C’est dans cette dynamique qu’acteurs de l’environnement tant du secteur public que du secteur privé et l’Agence nationale de gestion de l’environnement (ANGE) sont réunis depuis ce jeudi 1er avril 2021 dans le cadre du dialogue sur la prise en compte des exigences environnementale dans l’élaboration et l’exécution des projets de développement.

Depuis 2000, le Togo fait face aux aléas climatiques récurrent notamment, les inondations, les fortes chaleurs, la mauvaise répartition des pluies, les sécheresses et l’élévation du niveau de la mer et l’érosion côtière. Ces aléas accentuent la dégradation des ressources naturelles, altèrent le cadre et les conditions de vie des populations, ce qui annihile les efforts du gouvernement à réduire la pauvreté. C’est sur cette base que le Plan National de Développement (PND) a été élaboré pour la période 2018-2022, puis décliné en plan stratégique. L’objectif étant une gestion efficace et durable de l’environnement pour le bien-être de la population dans une perspective de durabilité des investissements. La coordination de cet exercice est du ressort de l’agence nationale de gestion de l’environnement.

Le dialogue de deux jours, première du genre depuis la création de l’ANGE, qui s’ouvre ce jeudi a pour objectif principal de renforcer la visibilité de l’agence de l’environnement et l’acceptabilité de ses missions.

« Depuis 2008, la loi-cadre a été votée pour intégrer l’environnement dans les projets de l’Etat. Il nous faut mobiliser tous les acteurs qui n’ont pas cette information et ceux qui manifestent un refus de prendre en compte l’environnement dans leur projet. Cet exercice de deux jours va nous amener à être au cœur de la priorité de l’Etat dans le cadre de sa stratégie. Nous voulons leur présenter les enjeux liés à l’environnement. Il s’agira d’échanger avec tous les acteurs sur la prise en compte nécessaire de l’environnement dans la perspective du développement durable devenu le paradigme de l’évolution des sociétés » a indiqué Koffi Efanan Adadji, DG de l’Agence Nationale de gestion de l’environnement.

Cette rencontre donne l’occasion aux différents acteurs d’échanger, en profondeur sur les processus, les procédures et surtout sur l’intérêt de l’intégration de l’environnement dans les actions de développement.
Il s’agira de présenter le rôle et la place de l’ANGE dans l’élaboration et l’exécution des projets de développement, relever l’utilité des missions fondamentales de l’ANGE, renforcer l’adhésion des acteurs aux missions de l’agence et présenter les principes et fondements de tarification des services de l’agence.

Pour information, durant cette première décennie d’exercice, l’Agence a travaillé sur 2 640 dossiers de promoteurs dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de leurs projets de développement.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *