Togo/L’ARMP entame six sessions de formation en faveur de 2100 jeunes et femmes entrepreneurs

La pandémie de la Covid-19 a ralenti les activités dans tous les secteurs. En dépit de cette situation, l’engouement des jeunes et femmes entrepreneurs n’a pas faibli. 4500 entreprises de jeunes et femmes entrepreneurs environ à la fin de l’année 2019, à plus de 6500 aujourd’hui ont été créée sur le site de la Direction nationale de contrôle des marchés publics (DNCMP). Ce qui suscite le besoin de formation de la part de L’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) et ses partenaires. Six sessions de formation prévues dans trois zones ont débuté ce lundi 1er mars à Kara et à Lomé dans ce sens.

Le monde est parvenu à la conclusion que la pandémie de la Covid-19 ne disparaîtra pas de sitôt et qu’il faut développer de nouvelles aptitudes pour s’adapter à la situation. L’ARMP se lance dans cette dynamique avec ces sessions de formation prévues se tenir dans trois zones pendant deux jours sous le thème « L’environnement des marchés publics et la préparation des offres ».

« Le défi à relever pour l’ARMP, la DNCMP et le FAIEJ est celui de renforcer les capacités de plus de 4000 jeunes et femmes entrepreneurs qui attendent d’être formés pour mieux profiter des opportunités de cette mesure présidentielle. C’est pourquoi aucun effort ne sera ménagé pour y parvenir. Ceci étant, les sessions de formation qui démarrent ce jour, vont concerner au total, environ 2100 participants des trois zones. De ce total, environ 180 participants viennent des préfectures qui composent la zone 3, dont le chef-lieu est Kara. Les mêmes formations sont prévues aussi à Atakpamè à l’intention des participants issus de la zone 2 au cours de la semaine prochaine et à Lomé pour ceux de la zone 1, dont la période de formation s’échelonne de ce jour, 1er mars, jusqu’à la fin du mois d’août » a précisé Aftar Touré Morou, Directeur général de l’ARMP.

Ces formations s’inscrivent dans l’ambitieux projet du Chef de l’Etat qui a décidé depuis quelques années qu’un quota de 25% de marchés publics soit réservé aux jeunes et femmes entrepreneurs.

Les deux jours de formation, permettront aux 2100 participants d’indiquer les sources et les stratégies d’accès aux informations relatives aux marchés publics, ainsi que les droits et devoirs des acteurs privés de la commande, définir les conditions d’éligibilité et de participation aux appels à concurrence, analyser les besoins exprimés dans les dossiers d’appel à concurrence, identifier et apprécier les critères d’attribution des marchés publics et enfin d’identifier et d’appliquer les obligations contractuelles essentielles des marchés publics.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *