Togo/Média: Dur, dur d’être journaliste au Togo selon le PPT

Le Patronat de la presse togolaise (PPT) est inquiète de la situation de la liberté de presse au Togo depuis déjà quelques mois. Cette organisation dirigée par Isidore Akolore dit regretter les décisions excessives de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) qui s’apparente comme un musellement de la presse privée au Togo. Selon le PPT, dur, dur d’être journaliste au Togo !

Dans un communiqué en date de 10 février 2021, l’organisation de presse révèle que depuis quelques mois, l’opinion nationale et internationale assiste, dépitée, au musellement de la presse togolaise par des autorités décidées à mettre les médias indépendants sous éteignoir.

« Un plan machiavélique est mis en œuvre à travers des intimidations des journalistes et des sanctions tous azimuts contre les médias indépendants » lit-on dans le communiqué.

Après avoir rappelé la scène du mercredi 03 Février 2021au de laquelle trois (03) journalistes ont été interpellés
par la gendarmerie sur ordre du Préfet du Golfe, Komlan AGBOTSE, alors qu’ils étaient en reportage. Leurs matériels de travail saisis et les enregistrements effacés et en outre Ils ont été gardés à la Gendarmerie Territoriale plus de trois heures et soumis à des
interrogatoires avant d’être provisoirement relâchés, le PPT a fait savoir que des prédacteurs de libertés ont pris siège désormais au Togo et déplore que la HAAC sont le complice de ces énemis de la presse. Plusieurs faits justifient sa position, affirme t-elle.

« Le vendredi 05 Février 2021, en dépit des preuves apportées par le Directeur de publication, Ferdinand AYITE, la HAAC a décidé de suspendre pour quatre (04) mois le bihebdomadaire L’Alternative de toute parution au motif d’avoir utilisé le terme Faussaire pour qualifier un membre du gouvernement » a t-elle rappelé.

Le Patronat de la Presse Togolaise (PPT) s’insurge contre cette épée de Damoclès qui plane sur la presse privée togolaise, exprime son désaccord avec les diverses sanctions excessives de la HAAC ces derniers temps et dit ne pas comprendre cet acharnement contre la presse privée togolaise de la HAAC à quatre (04) mois de la fin de sa mandature.

Pour elle, cette situation risque de créer un climat délétère entre l’institution et les organisations professionnelles de la presse.

Le PPT prend à témoins l’opinion nationale et internationale sur les menaces qui pèsent sur la presse privée togolaise.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *