Togo/ »La fonction publique est devenue une prison pour moi » Bouraîma Naboudja

Le professeur d’enseignement technique de 2ème classe 2ème échelon, Bouraïma Naboudja reste droit dans ses bottes malgré la sanction du Ministre Gilbert Bawara de la fonction publique à lui infligée. L’homme a pris part à la conférence de presse de la Dynamique Monseigneur Kpodzro ce jeudi. Bouraîma Nouboudja a dit son ras-le-bol par rapport aux acharnements dont il dit être victime faute de ses prises de position.

« En tant normal quand on m’a demandé de pondre la lettre d’explication, une commission devrait m’écouter pour savoir les tenants et aboutissants de ce qui motivent toutes ces attaques contre moi. Qu’est-ce-qui justifie ma position? Ce n’est qu’après m’avoir écouté qu’une décision devrait tomber. Ça n’a pas été le cas. Le Ministre parle d’éthique et de déontologie. Cette éthique fait allusion aux respects des valeurs, de la morale, du respect de la dignité humaine. Est-ce cette éthique qui dit qu’en 4 ans on peut faire 4 affectations contre un individu? Soyons sérieux ! Est-ce que les affectations primitives arbitraires contre ma personne cadre avec cette éthique? Se questionne t-il.

Selon lui, les fonctionnaires togolais souffrent. Il estime qu’il est temps d’agir pour changer les choses.

« On a trop donné du temps aux Ministres qui nous font croient qu’ils sont des seigneurs. Au nom de quoi les Ministres peuvent parler et que nous autres sommes assujettis, appelés à se taire ? Veut-il comprendre.

Pour lui, la constitution togolaise est claire. Quand on est citoyen, tout le monde a le droit de s’exprimer sur la situation de son pays. En quoi est-ce un péché? A t-il rouspété.

Bouraïma Naboudja a signifié aux médias présents qu’il réclame ses droits professionnels et souhaite qu’on l’affecte selon ses compétences professionnelles.

« Je veux faire valoir mes compétences. Je suis un enseignant de philosophie. J’exige qu’on mette l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. C’est ce que je réclame. Je veux servir les élèves. Il faut juste savoir que sur le terrain il manque d’enseignant, surtout en philosophie. Je fais quoi? C’est de cela qu’il s’agit. J’ai réclamé le rapprochement auprès de ma famille, mais on me refuse cela. J’ai fais 6 six ans sans avoir de temps pour ma femme et mes enfants, pourtant, je suis au Togo » a t-il regretté

Et d’ajouter que « la fonction publique est devenue une prison pour moi« .

Le professeur promet de ne pas se décourager parce que les enseignants sont déterminés. Il a rappelé qu’il n’est pas l’ennemi du Ministre Bawara et lui demande de revenir à la raison.

Pour rappel, Bouraïma Naboudja a écopé d’une sanction d’un mois portant sur une mise à pied avec la privation de toute rémunération à l’exception des allocations familiales.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *