Togo/Droits humains: Avocats et acteur de la société civile s’approprient les mécanismes de protection

L’effectivité des droits humains au Togo nécessite l’engagement de tous les acteurs notamment l’Etat, les institutions nationales et la société civile. C’est en cela que les Avocats et les Acteurs de la société civile (OSC) sont des acteurs stratégiques, en ce sens qu’ils entretiennent une proximité avec les populations, condition essentielle pour servir de pont entre les citoyens et l’autorité. Depuis ce mardi 26 janvier, Avocats et défenseurs des droits de l’homme s’approprient à Lomé les « mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains ».

C’est une initiative de deux jours du Centre de Documentation et de formation sur les Droits de l’Homme (CDFDH) dont l’ambition est de permettre a ces entités d’apporter leur pierre à l’édification d’un Etat de droit.

« Il s’agit d’outiller les Avocats et les acteurs de la société civile pour qu’ils puissent tenir compte des mécanismes nationaux, régionaux et internationaux de protection des droits humains dans les différentes actions d’assistance juridique qu’ils apportent aux victimes de violation des droits de l’homme. Ces acteurs sont ceux vers qui viennent souvent les citoyens lorsqu’ils ont des soucis et sont victimes d’injustice. Il s’agir d’offrir à ces citoyens une assistance de qualité grâce à ses instruments et mécanismes pour favoriser plus de jouissance des droits de l’homme dans notre pays » a indiqué Godwin Etse, Directeur Exécutif Centre de Documentation et de formation sur les Droits de l’Homme (CDFDH).

Le Togo a ratifié plusieurs traités au niveau des Nations Unies et fait partie des fondations au niveau Africain. Le pays participe aux différents cadres d’évaluation de la situation des droits de l’homme au niveau international et régional. Des juridictions au niveau international et régional permettent au citoyen insatisfait des décisions au niveau national de saisir ces juridictions pour avoir solution à leur problème. En renforçant les capacités des Avocats et des défenseurs des droits de l’homme qui ne sont pas Avocats, mais qui sont reconnus comme des personnes qui apportent une assistance à tous les citoyens victimes des violations des droits de l’homme sur cette thématique, cela permettra de protéger mieux les citoyens. Il s’agit d’un foisonnement des initiatives des deux entités gage de la vitalité d’une société sur laquelle l’Etat peut désormais compter pour consolider le respect des droits de l’homme au Togo.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *