Togo/Disqualification de l’équipe nationale au tournoi U17: le visage du football dans la boue

Le football togolais qui n’était pas au mieux de sa forme traverse une nouvelle zone de turbulences. Et pour cause.

Depuis le 10 janvier 2021, une affaire de disqualification de l’équipe nationale des moins de 17 ans dans le cadre du tournoi U17 Lomé 2020 pour la qualification de la CAN 2021 fait couler beaucoup d’encre et de salive. Il est reproché à la sélection nationale des U17 une tricherie sur l’âge de certains joueurs. En effet, deux de ses joueurs inelligibles ont été alignés.

Il n’a pas fallu plus pour que la Commission d’organisation des compétitions des jeunes de la CAF décide lors de sa réunion du 09 janvier 2021 de disqualifier l’équipe togolaise, et ce conformément à l’article 27.4 du règlement de la Coupe d’Afrique des Nations U17 Maroc 2021. Ledit article dispose que si après avoir effectué le test d’éligibilité d’âge IRM pour une équipe participante, un joueur se révèle non éligible, l’équipe en question est disqualifiée.

Depuis l’annonce de cette sanction, c’est l’indignation. Les dénonciations se multiplient, les moqueries aussi. C’est peu de le dire, cette situation jette de l’opprobre sur tout le sport togolais. Des gens ont encore choisi de plonger le visage du football togolais dans la boue.

En conséquence, la CAF a porté à la connaissance de la Fédération Togolaise de Football que les résultats des premiers matchs du Togo dans cette compétition qui se déroule à Lomé sont annulés.

Il faut rappeler que tous les pays ont été soumis à ce test IRM qui est un système mis en place par la CAF et la FIFA pour empêcher des falsifications d’âge et ainsi éviter que les personnes plus âgées ne viennent jouer avec les plus jeunes. Cette disposition est beaucoup plus appliquée aux U17 parce qu’ils sont la porte d’entrée dans le système CAF et FIFA.

La tricherie, plus qu’une mauvaise pratique, est une nébuleuse qui détruit le football. Cette négligence suicidaire est d’autant plus incompréhensible que le Togo a toujours été cité parmi les pays à l’exemplarité et à la probité reconnus en la matière. Malhreusement des esprits malsains ont tout fait pour que le Togo s’illustre cette fois-ci négativement.

Cette situation s’explique par beaucoup d’incongruités dans l’organisation de nos compétitions et dans la préparation en amont pour la participation du Togo à de grandes compétitions.Il s’agit d’une responsabilité collective qui manque cruellement au niveau de plusieurs acteurs.

Tant que le Togo ne mettra pas en place des mesures draconiennes avec des Hommes compétents à tous les postes, son sport en général et son football particulièrement souffriront toujours comme c’est le cas depuis des années. D’aucuns parlent de main noire qui sape le football. C’est un élément parmi tant d’autres. La réalité est là et flagrante: Le problème du football togolais, ce sont ses acteurs. Il faut que le Togo sorte de la culture de « Ça ne fait rien »,  » c’est déjà arrivé », « continuons comme cela » ou encore « c’est moi ou personne ». Il faut une transformation des Hommes pour une meilleure organisation afin d’éviter une honte comme celle que le pays traverse depuis la publication de cette mesure de la CAF.

Au Togo, certains acteurs ont pris le temps pour lutter contre cette forme de tricherie pour la simple raison qu’il est inadmissible que quelques opportunistes diminuent leur âge simplement pour jouer une compétition, sans même se soucier d’une carrière en bonne et due forme.

Quand on sait que beaucoup de joueurs n’arrivent pas à devenir professionnels, il y a de quoi ne pas cautionner cette pratique. Mais les faits sont têtus. Des gens animés par des idées malsaines ne veulent pas voir les choses évoluer. Il est temps que le chef de l’Etat siffle la fin de la récréation. Le football togolais doit retrouver ses lettres de noblesse.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *