Togo/Participation politique des femmes: Le CACIT implique les élus des régions des plateaux et des savanes

Les femmes sont des acteurs économiques très dynamique au Togo. Elles sont les principaux leviers de l’économie et représentent 51,4% de la population (RGPH). Une proportion de 74,6% des femmes en âge de travailler est active contre 79,1 pour les hommes. En dépit de leur place dans la société, elles se heurtent à toute série d’obstacles qui entravent la réalisation de leur potentiel, allant à des pratiques culturelles restrictives, aux lois discriminatoires à des marchés du travail très segmentés.

La problématique interpelle les élus locaux qui ont un rôle déterminant à jouer dans la gestion des affaires publiques au niveau local. C’est pour réfléchir sur le sujet que le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) a organisé ce 29 octobre, une table ronde avec les élus locaux sur l’intégration de l’approche genre et l’approche basée sur les droits de l’Homme dans les politiques de développement communautaire.

L’objectif de cette activité est de contribuer à une meilleure représentativité des femmes dans les instances de décision par la prise en compte systématique du genre dans les programmes de développement communautaire. Il s’agit de contribuer à l’identification des priorités en termes d’actions et de plaidoyer afin de favoriser la participation politique des femmes au Togo.

« A travers ce projet, le CACIT entend renforcer sa contribution à plus d’engagement politique des femmes au Togo. Le pays a modernisé ces dernières années plusieurs de ces textes et pris plusieurs initiatives pour la promotion de l’égalité du genre dans les instances de prise de décision. Ces avancées vont entre autres de l’adoption d’un nouveau code pénal plus égalitaire, d’un nouveau code foncier balayant l’ambivalence des textes coutumiers et modernes qui pénalisaient les femmes, la mise en place d’une stratégie nationale d’intégration du genre dans les politiques et programmes de développement à la révision de la stratégie de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG).

Malgré l’engagement de l’État, pour la promotion de l’égalité des sexes, la participation des femmes dans les actions de développement et la gestion des affaires publiques, force est toutefois de constater qu’à l’aune de l’adoption des objectifs de développement durable, les femmes sont toujours sous représentées aussi bien comme électrices que dans les fonctions dirigeantes telles qu’au sein des assemblées élues, dans l’administration publique ou encore dans le secteur privé ou le monde universitaire. Le CACIT veut à travers ses actions accompagner le gouvernement dans ses efforts pour promouvoir la femme, ce qui est prévu dans l’axe 3 du Plan National de Développement (PND) » a indiqué Rachel Molley, responsable protection au CACIT pour Cinkassé et Doris Guinhouya, responsable promotion des droits de l’homme a Danyi.

Pour rappel, le projet est financé par l’Ambassade de l’Allemagne au Togo.

Par cette mission, le CACIT veut renforcer les expériences et initiatives existantes au niveau local et national visant à promouvoir de façon participative la formulation de politiques et la réalisation d’actions facilitant l’empowerment des femmes et en extrait des leçons stratégiques capitalisés et promues.

NPA

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *