Togo/Affaire de suicide: Un fait qui devrait interpeller les pouvoirs publics

Le Togo enregistre un taux de suicide élevé ces derniers mois, en témoigne de nombreux faits. Le plus ressent est celui de l’enseignant retrouvé mort par pendaison à Akebou.

Le suicide, auparavant, était considéré comme une réalité de blancs et de riches, mais aujourd’hui, l’Afrique commence par connaître ce phénomène. Le Togo aussi s’illustre par ces faits inquiétants. Malheureusement, le sujet demeure tabou dans le pays.

Un ancien Ministre ne disait-il pas que le Togolais mange à sa faim et qu’il est heureux ? Comment expliquer le fait que chaque mois au moins un Togolais heureux se suicide ?

Alors que l’OMS relève que le taux de suicide en Afrique est supérieur à la moyenne mondiale, il est urgent que sociologues et politologues se penchent sur ce phénomène en expansion au Togo et qui devrait interpeller le pouvoir de Faure Gnassingbé.

Chaque suicide est une tragédie qui touche les familles, les communautés et qui a des effets durables sur ceux qui restent.

De nombreux suicides ont lieu de manière impulsive dans un moment de crise et de défaillance de l’aptitude à faire face au stress de la vie, tels que les problèmes financiers, une rupture, une maladie ou aussi quand l’individu se dit déçu par la vie, son pays et sa vie politique.

De plus, les conflits, les catastrophes, la violence, la maltraitance ou un deuil et un sentiment d’isolement sont fortement associés au comportement suicidaire.

Le suicide est un grave problème de santé publique. Il peut être évité moyennant des interventions menées en temps opportun, fondées sur des données factuelles et souvent peu coûteuses.

Pour que l’action nationale soit efficace, l’Etat togolais doit mettre en place une stratégie globale multisectorielle de prévention du suicide.

Le Togo doit inscrit la prévention du suicide au nombre de ses priorités sanitaires. Le pays doit se doter d’une stratégie nationale de prévention du suicide. Il est aussi important de sensibiliser la population et de faire tomber ce tabou sur ses faits réels dans le pays.

Le Gouvernement du Premier Ministre Victoire Tomegah-Dogbé est interpellé sur ces suicides fréquents dans le pays.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *