Togo/ Covid-19: Comment la presse s’en sort-elle? , Arimiyao TCHAGNAO repond

La presse joue un rôle important dans la sensibilisation des populations et les encourager à l’observation des mesures barrières et de distanciation.

Comment les medias togolais accomplissent-ils ce travail ? De quels moyens disposent-ils pour le faire et de quel soutien bénéficient-ils de la part de l’Etat pour réussir leur mission ? Les réponses à ces questions sont données dans l’interview à suivre, par El-Hadj Arimiyao TCHAGNAO, le président du Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP).

Lisez plutôt.

Bonjour M. Arimiyao TCHAGNAO. Vous êtes le président du CONAPP, le Conseil National des Patrons de Presse. La sensibilisation contre le Covid-19 bat son plein actuellement sur les médias au Togo. Comment appréciez-vous tout ce travail de la presse en tant que président du CONAPP?

El-Hadj Arimiyao TCHAGNAO : Depuis que la pandémie a emballé le monde entier, et que le constat a été fait que la seule façon de sensibiliser les masses reste la sensibilisation à distance. Avec cette maladie, il n’y a pas lieu d’aller organiser des meetings, d’aller rassembler des gens, pour leur dire les dispositions à prendre, il n’y a que les médias qui puissent faire ce travail. Et quand on parle des médias, il s’agit de la télé, de la radio, des médias en ligne et la presse papier. Depuis que le Togo a démarré la sensibilisation contre cette pandémie, aucun média ne s’est mis de côté. Les médias en ligne nous donnent à chaque instant la situation de ce qui se fait, et nous rappellent les mesures barrières. On a les radios qui sont engagées, la presse papier et la télévision qui s’y mettent, et mieux on a même des confrères qui se sont transformés en sensibilisateurs, et qui ont d’ailleurs maîtrisé le sujet, et qui à travers des émissions, restituent les comportements que les citoyens doivent avoir pour pouvoir vaincre le Covid-19. Les Togolais savent tous que c’est ensemble et avec un engagement patriotique ferme, que nous pouvons vaincre le virus.

Et comment la presse arrive-t-elle à financer tout cela et à s’en sortir sachant qu’aucune activité n’est plus organisée actuellement… Y-a-t-il quelque chose qui se fait pour aider les médias ? El-Hadj

Arimiyao TCHAGNAO : En terme d’appui à la presse, nous avons des bonnes volontés qui sont approchées par les organisations professionnelles des médias pour leur faire part des difficultés des médias, parce-que lorsqu’on parle d’une pandémie, toutes les divergences se taisent. Il s’agit d’une situation qui ne connait pas de sexe, d’ethnie, de race, de religion, ni d’âge. Il s’agit d’un mal qui prend tout ce qu’il rencontre sur son passage. Le combat doit être collégiale. Je salue au passage quelques unes de ces bonnes volontés qui ont soutenu le CONAPP dans ces moments difficiles. Je leur dis un grand merci au nom de la presse, parce que tout ce qu’ils ont donné, nous les avons redonné non seulement aux confrères du CONAPP qui sont à Lomé, mais aussi à ceux de l’intérieur du pays. Je rappelle qu’il y a le jeune Kader le Patriote qui a été le premier à nous aider ce qui nous a permis d’alimenter toutes les radios de Lomé en gels hydroalcooliques et en bavettes. Nous avons même donné à certains organes, des dispositifs de lavage des mains. Il y a aussi de très bonnes volontés dont le citoyen Affoh Atcha Dedji, l’honorable Noël De Poukn qui ont manifesté leur soutien aux médias. Nous avons également José Symenouh des assurances, le comité d’organisation de la Journée Nationale de Reconnaissance a Dieu (JNRD) et plein d’autres personnes. Ce qui nous a permis à ce jour, d’envoyer des vivres et de matériels de protection à presque tous les journalistes de ce pays du moins ceux qui sont membres du CONAPP. Aujourd’hui, nous savons que toutes les quantités que nous avons eues à convoyer vers nos confrères ne sont pas suffisantes et par rapport a cela, nous sommes toujours dans l’attente et esperons que d’autres bonnes volontés vont encore se manifester et venir vers nous pour que nous puissions apporter des appuis à nos journalistes dans ce travail patriotique de lutte contre le Covid-19 que nous menons en ce moment.

Intéressons-nous au l’Etat togolais. Est-ce que le gouvernement pense à un accompagnement de cette presse qui est à bout de souffre actuellement ?

El-Hadj Arimiyao TCHAGNAO : Oui, tout juste au début de la pandémie, les organisations patronales reconnues au plan nationale, notamment l’OTM, URATEL, ATOPPEL, le PPT, et le CONAPP, ont déjà eu une séance de travail avec le ministre de la Communication, le ministre Foli Bazy Katari. A travers lui, avons demandé au gouvernement de faire quelque chose pour encourager cette presse, à qui tout le monde tire chapeau aujourd’hui, afin de nous aider à faire encore mieux notre travail. Nous avons d’ailleurs adressé un courrier depuis plusieurs semaines déjà, au Président de la République et nous savons qu’avant même que notre courrier ne lui arrive, le Chef de l’Etat était personnellement engagé à ce que quelque soit fait à l’endroit de la presse. Nous ne savons pas ce qui va être fait, mais nous savons que quelque chose est en train d’être fait au nom de toutes ces organisations qui sont en train de se battre d’avantage pour que tout ce que nous attendons, soit effectif. Nous saluons le travail que tous les confrères abattent, nous les encourageons et nous disons à chacun que c’est ensemble que nous allons vaincre le Covid-19 au Togo. Nous profitons de l’occasion pour saluer et féliciter le travail professionnel et technique que le personnel soignant est en train de faire. Au Togo, quand nous écoutons tout ce qui se fait, et que nous suivons tout ce qui est engagé, nous sommes ravis et saluons les efforts du gouvernement. Le gouvernement fait beaucoup, il faut l’encourager, mais également appeler d’avantage la population à respecter les mesures barrières dont on nous parle.

Propos recueillis par radio Zéphyr et transcrits par l’Agence de presse AfreePress.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *