Présidentielle 2020: Faure Gnassingbé prend de l’avance sur ses adversaires

Le candidat président sortant du parti Union pour la République (UNIR) et ses combattants de la lutte continuent leur opération de séduction pour « le coup KO » le 22 février.

En suivant de prêt les hostilités de la campagne sur tout l’étendu du territoire, Faure Gnassingbé semble avoir une longueur d’avance sur ses adversaires direct.

Les six autres candidats évoquent les difficultés qui sont d’ordre financiers rencontrés dans la réalisation de ce exercice parce que n’ayant pas encore touché la mâne qui devrait leur revenir en tant que candidat.

Pas du tout facile de mobiliser les moyens pour parcourir tout le pays dans ces conditions. Aussi de répondre aux besoins urgents dans le cadre de la campagne. C’est aussi un travail de combattant pour avoir une place de visibilité sur les grands panneaux du pays en tant que candidat.

L’opposition dénonce également les intimidations du pouvoir, le silence de la CENI et de la CNDH et la passivité de la FOSEP dans le cadre de sa mission lors de ses meetings. Même si les choses ne se passent pas comme elle l’aurait souhaité, elle fait quand même de son mieux pour haranguer les populations à lui accorder ses voix pour le 22 février.

La machine UNIR par contre se porte très bien. L’opinion qualifie de professionnelle les affiches et communications de la maison bleue. La quintessence des messages véhiculés démontre à suffisance que tous les moyens sont mis pour vraiment communiquer et remporter un « coup KO » la bataille du 22 février.

Les images publiées sur les réseaux sociaux font croire que toutes les régions parcourues sont sous le charme du candidat du parti Union pour la république (UNIR).

On cite en exemple la ville de Tachoudjo.

Pour rappel, cette ville native de Tikpi Salifou ATCHADAM a payé le plus lourd tribut depuis le soulèvement populaire du 17 août 2017.

Pour avoir manifesté en faveur du changement de régime, plusieurs fils de la ville ont été tués, blessés, mutilés et d’autres contraints à l’exil. Et depuis Tchaoudjo vit un état de siège qui ne dit pas son nom.

Ce jeudi 13 février, cette ville qui a accueilli en grand pompe, le candidat sortant Faure GNASSINGBE. Un accueil qui contraste avec la réalité.

Autrement dit, Faure Gnassingbé semble avoir une longueur d’avance sur les autres candidats.

Pour lui, par cet accueil, les populations de Tchaoudjo viennent de lui offrir le cadeau le plus beau de toute cette campagne électorale insistant sur la victoire acquise.

« C’est vrai, comment ne pas être ému en retrouvant Tchaoudjo et cette belle ville de Sokodé. Comment ne pas être surpris en étant accueilli comme vous l’avez fait aujourd’hui. Dire que je m’y attendais serait mentir. J’étais, en venant à Tchaoudjo, perplexe et j’aurai compris que l’accueil fut moins chaleureux et moins massif mais vous avez montré et vous démontrez que quoiqu’il arrive Tchaoudjo n’a qu’un seul choix, Tchaoudjo n’a qu’une seule parole », a déclaré celui qui veut un quatrième mandat à la tête du Togo.

Kpélé-adéta, Kara, Tsévié, Sokodé et tous les autres endroits du pays où la machine bleue a fait escale, nous dit-on, ont vu un bain de foule sortie accueillir le candidat UNIR qui, faudrait le souligner, a fait de grandes annonces pour le développement du Togo si son quatrième mandat lui est accordé.

La campagne se poursuit jusqu’au 20 février 2020. Quant au scrutin, c’est la date du 22 février qui est retenue.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *