Togo/Sommet sur la falsification des médicaments: Entretien avec Dr Matshidiso Moeti, Directrice Régionale de l’OMS.

Dans le cadre du Sommet contre la falsification des médicaments, la Directrice Régional de l’Organisation Mondiale de la Santé Dr Moeti nous a accordé une interview sur les actions menées par l’OMS contre les faux médicaments pour la santé des citoyens et l’économie de nos pays.

linterview.info: Quelles sont les dispositions prises par l’OMS pour une lutte efficace contre la pénétration des médicaments sous standards et falsifiés

Dr Moeti:

L’OMS assure le secrétariat du mécanisme mis en place par les États membres pour lutter contre les produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés. Dans le cadre de ce mécanisme, les États membres ont adopté un plan d’action pour :
Accroître la coopération, la collaboration et la coordination entre les pays,
Accroître les capacités de réglementation et d’approvisionnement pour garantir l’accès à des produits médicaux de qualité assurée,
Renforcer la sensibilisation des populations sur le danger des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés, et encourager la surveillance et le partage rapide d’informations pour lutter contre les produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés ;

L’OMS a lancé depuis 2012, un système mondial de surveillance des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés, et encourage les pays à signaler systématiquement les incidents impliquant ces produits.

L’objectif du système est de fournir un soutien technique immédiat aux pays pour les investigations y compris une coordination internationale efficace et rapide, ceci pour établir les preuves sur la qualité des produits, identifier les vulnérabilités des systèmes nationaux et faire des recommandations pour les corriger.

L’OMS a organisé des ateliers régionaux et nationaux pour former les spécialistes de la réglementation, de la pharmacovigilance et des laboratoires de contrôle qualité des États Membres à l’utilisation du système et au renforcement des capacités de prévention, de détection et de réponse aux produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés.

Je voudrais saisir cette occasion de saluer l’excellente collaboration des Etats membres, qui a permis de lancer 33 alertes mondiales depuis 2012, dont 23 pour des produits falsifiés circulant dans la région africaine.

L’OMS continuera de travailler avec les États membres pour renforcer les capacités de réglementation nationale et régionale y compris la mise en place de l’Agence africaine des médicaments.

linterview.info : Avez-vous pris des mesures spécifiques pour le retrait des médicaments considérés comme inappropriés ?

Dr Moeti: Le retrait des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés est de la responsabilité des autorités sanitaires nationales qui doivent prendre les mesures appropriées pour protéger la santé publique. Le rôle de l’OMS est de faciliter cette prise de décision en rendant disponibles les évidences à travers la diffusion des alertes sur les produits de qualité inférieure et falsifiés.

C’est ce qui a été fait avec succès pour les 33 alertes mondiales. Je salue au passage l’action des autorités nationales du Togo, qui à chaque alerte, ont toujours pris les mesures nécessaires pour protéger la santé des populations vivant au Togo en procédant au retrait des produits concernés.

Les informations complémentaires sur l’action de l’OMS dans la lutte contre les produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés, et les informations sur les alertes sont accessibles sur le site Web de l’OMS à l’adresse suivante : https://www.who.int/medicines/publications/drugalerts/en/

Les sont accessibles à :

https://www.who.int/medicines/regulation/ssffc/medical-products/en/
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *