Togo/Les Amis de la terre : « Il faut respecter l’accord de principe de la Cop25 ».

Il était vivement souhaité que la Cop25 soit le point de départ des actions pour une véritable lutte contre les émissions de gaz à effet de serre (GES) tout est faisant disparaître l’utilisation des fossiles dans les pays développés et en voie de développement.

Le monde comptait sur les pays développés et les pays en voie de développement à s’engager véritablement à réduire ces émissions de gaz à effet de serre, voir sortir carrément des fossiles tel qu’inscrit dans l’accord de Paris sur le climat.

Ces grandes décisions devront prendre effet normalement au lendemain de la Cop25. Malheureusement, ce n’est pas le cas, constate Les Amis de la Terre.

Mercredi 16 janvier, ils sont montés au créneau pour dénoncer l’échec de la Cop25 et alerter l’opinion sur le danger que sont les prévisions de production d’énergie de combustibles fossiles.

« La Cop25 était le ton de l’action pour l’engagement pris au Cop21. Mais on constate le contraire dans nos pays. Au lieu de sortir véritablement des Fossiles, ils ont plutôt à l’idée d’émettre des solutions qui selon nous sont fausses. Ces pays optent pour les technologies, planter plus d’arbres et migrer vers le marché carbone. Cela encourage plus l’utilisation des Fossiles. C’est ce qui justifie davantage la pollution dans les pays développés. Pour nous, c’est un échec. Nous voulons attirer les attentions sur ce non-respect de l’accord de principe de la Cop25. Nous disons que l’accord de Paris est là, il faut donc le respecter » a indiqué Kpondzo kwami, chargé des campagne Les Amis de la Terre Togo.

Les émissions de gaz a effet de serre causent des pertes et dommages aux populations des pays en développement surtout sur les femmes.

 » Les femmes sont les plus affectés par le gaz à effet de serre dans nos communautés. Vous n’êtes pas sans savoir que les femmes sont plus intégrées dans l’agriculture familiale. Avec les effets de changement climatique comme le réchauffement, les raretés de la pluie, l’inondation, les conséquences agissent sur leur culture. I impact direct de cette situation touche le panier de la ménagère, les activités génératrices de revenus de la femme. Il urge donc d’interpeller les pays développés à respecter la Cop25 et à dédommager ces pays victimes des effets du changement climatiques dont ils sont la cause » a laissé entendre Cécile Missiamenou, Chargé de programme genre.

Les Amis de la Terre Togo invitent la communauté Internationale à œuvrer en synergie pour coordonner les actions et moyens d’adaptation et d’atténuation nécessaire à la protection des humains et de l’environnement.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *